No More Grave : un court-métrage avec un frère, une soeur et une vilaine épidémie

L’épidémie s’est subitement abattue sur le monde et il n’a fallu qu’une poignée de jours pour tous les gouvernements de la planète ne tombent. Oui, la mairie de Melun aussi. Une bonne partie de la population a été totalement décimée, mais il reste tout de même quelques survivants dont un frère et sa soeur. No More Grave raconte leur histoire, en un peu plus de douze minutes. Moralité, si vous ne saviez pas quoi faire en buvant votre troisième café de la journée, et bien voilà de quoi vous régaler les yeux. Surtout si vous aimez les courts-métrages bien filmés. Surtout si vous aimez les zombies.

Il suffit d’une simple recherche sur YouTube pour trouver des dizaines et des dizaines de courts-métrages. Ils ne parlent pas tous de terribles épidémies, bien sûr, mais il y en a tout de même quelques uns qui évoquent nos amis les morts-vivants. Ceci étant dit, et vous pourrez le remarquer par vous-même, tous ces films ne sont pas aussi bien réalisés que No More Grave.

No More Grave

Loïc Jouenne, son auteur et son réalisateur, a fait de l’excellent travail et ce film est surprenant à plus d’un titre. Peu de dialogues, certes, mais ses acteurs sont plutôt convaincants malgré quelques hésitations et on se surprend finalement à trembler pour cette fratrie perdue au milieu d’un monde devenu bien trop silencieux, un monde qui n’est plus fait pour eux et, finalement, qui ne veut plus d’eux.

Sinon, et bien certains plans sont aussi pas mal inspirés de The Walking Dead et je pense que les fans, les vrais, n’auront sans doute aucun mal à les trouver.

Bref, félicitations à Loïc Jouenne, Florian Stéfanski, Azur Marulier, Haroun Julien Benkiki et Sacha Marulier pour ce chouette court-métrage. Si vous voulez en apprendre un peu plus à son sujet, vous pouvez aller fouiner sur sa page Facebook.

Chapeau pour la BO, aussi.

Via