Non, commander en ligne des objets provenant de Chine n’expose pas au coronavirus

C’est une épidémie grave qui frappe durement la Chine, celle du coronavirus 2019-nCoV. Trois cas ont également été déclarés en France tandis que la communauté mondiale tente de stopper sa propagation et trouver un remède. Mais le pays où est né le coronavirus, la Chine, est également très prisé par les internautes qui commandent des objets en ligne en sa provenance, comme sur Aliexpress ou Amazon. Certains se sont donc interrogés sur la potentielle transmission du virus à travers la réception de colis venus de l’Empire du Milieu. Et comme nous le précise le site du gouvernement, aucune raison de s’inquiéter à ce propos.

De quoi faire redescendre d’un cran la psychose qui peut naître sur la toile, notamment à travers les réseaux sociaux.

Crédits photo UNSPLASH

Commander un objet en provenance de Chine n’expose donc pas au coronavirus 2019-nCoV.

Aucun risque pour les internautes qui commandent des produits chinois

C’est sur son site internet que gouvernement a décidé de préciser la méthode de transmission du virus.

Ce dernier explique qu’ “Au vu des données disponibles sur la survie des coronavirus dans le milieu extérieur (quelques heures sur des surfaces inertes sèches) et compte tenu des temps et conditions de transport avec la Chine, le risque d’être infecté par le nCoV en touchant un objet importé de Chine est considéré comme extrêmement faible“.

Le message est limpide : pas d’inquiétude de ce côté, surtout lorsque l’on sait que certains constructeurs comme Huawei ou Xiaomi sont parmi les plus populaires avec leurs objets tech venus de l’Empire du Milieu. Les acheteurs pourront donc continuer à réceptionner ces produits sans problème puisque le coronavirus ne survit pas longtemps sur des surfaces sèches.

Plusieurs médias ont d’ailleurs relayé cette information vis-à-vis de l’incapacité du virus à survivre à un transport de la Chine vers l’extérieur. Il est toutefois recommandé de bien se laver les mains, règle d’hygiène élémentaire pour éviter sa propagation.

A l’heure des fausses informations et de la psychose née des réseaux sociaux, et sachant que le hashtag #coronavirus régulièrement en TT monde sur Twitter, il est toujours bon pour les professionnels de santé et les instances politiques de rassurer la population.