Non, la Terre ne va pas être détruite par un astéroïde le jour des élections américaines

La Terre va recevoir la visite d’un nouvel astéroïde en novembre prochain, et plus précisément la veille de l’élection présidentielle américaine. Le corps passera à moins de cinq mille kilomètres de notre position et il a donc une chance sur 240 de frapper notre monde. Néanmoins, et contrairement aux nombreuses publications alarmistes qui circulent sur les réseaux sociaux depuis le début du week-end, nous n’avons aucun souci à nous faire.

La Terre, comme vous le savez sans doute, est loin d’être le seul corps à flotter dans notre système. En plus de notre étoile, ce dernier compte huit planètes confirmées ainsi que plusieurs corps de plus petite taille.

Un astéroïde flottant dans l'espace

Crédits Pixabay

Des corps parmi lesquels nous pouvons citer les planètes naines, les comètes ou encore… les astéroïdes.

La Terre va être (vraiment) frôlée par un astéroïde en novembre

Ces roches spatiales sont nombreuses et certaines d’entre elles ont la fâcheuse tendance d’approcher régulièrement notre planète. C’est le cas de 2018 VP1. Tous les deux ans, son orbite le place en effet sur notre chemin. Ou tout du moins à proximité de ce dernier.

Découvert en 2018, cet astéroïde se trouvait à l’époque à environ 450 000 kilomètres de notre position et il repassera nous rendre visite en novembre, et plus précisément la veille de l’élection présidentielle américaine.

Mais s’il fait autant parler de lui depuis quelques jours, c’est principalement en raison de la distance qui le séparera de notre position lorsqu’il approchera notre planète. D’après les simulations effectuées par les astronomes, 2018 VP1 devrait en effet passer à moins de 4995 kilomètres de la Terre.

À lire aussi : Un astéroïde est passé à moins de 3000 km de la Terre et personne ne s’est rendu compte de rien

1 chance sur 240 de frapper la Terre

Par effet de bord, il a également une chance sur 240 de frapper notre monde le 2 novembre prochain.

Alors bien sûr, lorsque ces informations ont été rendues publiques, de nombreux médias se sont emparés de l’affaire et les publications alarmistes se sont très vite répandues sur les réseaux sociaux. Que les plus inquiets d’entre vous se rassurent cependant, car notre planète n’est pas (encore) condamnée.

La trajectoire d’un astéroïde n’est pas le seul élément à prendre en compte lorsqu’on doit estimer sa dangerosité. Il y a en effet une autre variable importante à prendre en compte dans l’équation : la taille du corps.

À lire aussi : Hayabusa 2 pourrait rendre visite à un deuxième astéroïde

Une question de taille

Or justement, ce détail n’a pas été très mis en avant dans les publications évoquées un peu plus haut, et c’est dommage. C’est dommage, car si cela avait été le cas, alors nul doute que les réactions des internautes auraient été beaucoup plus nuancées.

2018 VP1 n’a en effet rien d’un monstre. Le corps mesure moins de deux mètres de diamètre et il ne représente donc aucun risque pour notre monde et toutes les espèces qu’il abrite. En réalité, si cet astéroïde devait toucher la Terre, il aurait de grandes chances de se désintégrer complètement lors de son entrée dans notre atmosphère.

Alors bien sûr, cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas se soucier de ce qui se passe là-haut, mais 2018 VP1 ne sera clairement pas l’objet de notre destruction. Et par extension, il n’empêchera pas les élections présidentielles américaines de se produire.

Mots-clés astéroïdesterre