Non, les ptérosaures n’avaient pas de plumes, pas plus que de poils, disent ces chercheurs

Les ptérosaures, les premiers reptiles volants, ont vécu sur Terre il y a entre 210 à 65 millions d’années avant nous. Les chercheurs ont beaucoup spéculé sur la morphologie et les modes d’adaptation de cet animal, surtout à propos de sa peau et d’éventuelles plumes, protoplumes ou encore duvets recouvrant son corps.

Selon des chercheurs chinois, les ptérosaures étaient autrefois couverts de pycnofibres, un type de filament ressemblant à des cheveux. Une équipe de chercheurs de l’Université de Nanjing a ainsi montré en 2018 que ces impressionnants reptiles volants étaient en fait recouverts de plumes.

Photo de Sebastian Ganso. Crédits Pixabay

Cependant, à travers une nouvelle étude récemment publiée dans la revue Nature Ecology and Evolution, les professeurs David Unwin et Dave Martill expliquent que les ptérosaures ne pouvaient avoir ni des plumes ni des protoplumes, comme la précédente étude l’a suggéré.

Pour ces chercheurs, la théorie ne tient pas la route

Les précédentes études menées sur les ptérosaures datent de 2018. À travers l’analyse des pycnofibres prélevés sur plusieurs échantillons, l’équipe de Zixiao Yang de l’Université de Nanjing en a donc identifié plusieurs types. Certaines d’entre elles ont présenté des ramifications, ce qui a conduit les chercheurs à les qualifier de protoplumes, une forme primitive des plumes des oiseaux.

Mais bien que cette théorie sur des ptérosaures à plumes remonte au 19e siècle ait été démontré par ces pycnofibres ramifiées, le Dr David Unwin de l’Université de Leicester et le professeur Dave Martill de l’Université de Portsmouth trouvent que ces preuves sont tout de même très faibles.

En effet, le fait que les ptérosaures soient munis de plumes suggère que quelque part au cours de l’évolution, un ancêtre commun aux ptérosaures et aux autres dinosaures aurait également dû en avoir. Certains groupes les ont ensuite perdus, et d’autres, comme les ptérosaures, les auraient gardées. Sauf que cela ne concorde pas avec les preuves qui sont aujourd’hui en notre possession.

Finalement, peau lisse ou peau recouverte de plumes ?

Pour les professeurs Unwin et Martill, les pycnofibres ramifiées ne sont donc que des fibres dures de la membrane de l’aile du ptérosaure, et les ramifications sont tout simplement dues à la dégradation de la structure initiale de ces fibres.

Les deux hypothèses font donc maintenant, l’objet d’un débat animé au niveau de la communauté des paléontologues.

Quoi qu’il en soit, cette embrouille à propos de la couverture pileuse des ptérosaures aura le mérite de nous apprendre qu’on est encore loin de tout connaître de l’évolution et de la biologie des espèces qui ont vécu sur Terre. Plus de preuves tangibles seront nécessaires pour établir des faits qui se sont passés il y a un bon moment déjà.

Mots-clés paléontologie