Notre galaxie comprendrait des milliers d’étoiles venant d’autres galaxies

Les résultats d’une nouvelle étude ont montré que la Voie lactée, dans un avenir relativement lointain, dévorera des galaxies. Toutefois, bien avant que cela n’arrive, elle est déjà en train de dévorer des morceaux de galaxies voisines. Concrètement, l’équipe qui est à l’origine de la recherche a mis à jour un amas de jeunes étoiles situé aux confins de la Voie lactée.

Les scientifiques pensent qu’elles ont été arrachées aux Nuages de Magellan.

Crédits Pixabay

Rappelons que les Nuages de Magellan sont un groupe de deux galaxies naines irrégulières qui seraient, en quelque sorte, des satellites de la Voie lactée. Grâce à cette découverte, les scientifiques ont réussi à situer le Courant de Magellan. Elle pourrait également les aider à comprendre et prédire les mécanismes de déplacement du Courant et des Nuages de Magellan.

Les résultats de l’étude ont été présentés dans deux articles publiés respectivement le 5 et le 15 décembre 2019 dans The Astrophysical Journal.

Une teneur en métaux inhabituellement faible

Les jeunes étoiles sont situées dans une région plutôt dégagée de la Voie lactée, contrairement au Centre galactique. Après avoir analysé les bandes de lumière qui ont atteint la Terre, les scientifiques ont constaté qu’au moins 27 des astres les plus brillants de l’amas sont faits d’ingrédients plutôt inhabituels.

En effet, les analyses ont montré qu’ils ont une teneur en métaux étrangement faible. Pour les chercheurs, cela indique qu’ils proviennent de l’extérieur de la Voie lactée.

D’après leur hypothèse, ces jeunes étoiles se seraient formées à travers le bras principal du courant de Magellan. Il s’agit d’un nuage de gaz qui s’étend des Nuages de Magellan vers la Voie lactée. Néanmoins, sa teneur en gaz n’est pas suffisamment élevée pour former des étoiles.

Le courant de Magellan sera incorporé dans la Voie lactée

Les scientifiques pensent qu’à un moment donné, le courant aurait traversé la Voie lactée. Cette interaction aurait provoqué une pression dynamique, une sorte d’onde de choc. Combiné avec la gravité de la Voie lactée, ce phénomène aurait permis la formation des étoiles.

« Si le courant de Magellan est plus proche, en particulier le bras principal le plus proche de notre galaxie, alors il est probable qu’il sera incorporé dans la Voie lactée plus tôt que ne le prévoit le modèle actuel », a déclaré David Nidever, professeur adjoint de physique à l’université de l’État du Montana et co-auteur de l’article du 5 décembre.

« Éventuellement, ce gaz se transformera en nouvelles étoiles dans le disque de la Voie lactée », a-t-il poursuivi. « En ce moment, notre galaxie consomme du gaz plus vite qu’elle ne se reconstitue. Ce gaz supplémentaire nous aidera à remplir ce réservoir et à nous assurer que notre galaxie continue à prospérer et à former de nouvelles étoiles. »

Mots-clés astronomie