Nous avons “enterré” un nouveau glacier et ce ne sera sans doute pas le dernier

Le réchauffement climatique continue de faire des ravages. La dernière victime ? Le glacier de Pizol, situé dans le sud du canton de Saint-Gall, qui fait partie des glaciers les mieux documentés de Suisse. Au fil des ans, ce glacier a perdu entre 80 et 90 % de son volume et menace de complètement disparaître à cause du réchauffement climatique.

Pour alerter les grands décideurs face au danger que représente le réchauffement climatique, une centaine de randonneurs suisses ont décidé de faire une « marche funèbre » pour rendre hommage au glacier de Pizol le 22 septembre dernier, à la veille du sommet de l’ONU sur le climat.

Crédits Pixabay

Le glacier de Pizol n’est pas le premier à disparaître, et il ne sera certainement pas le dernier au vu de la situation actuelle. Pour rappel, il y a quelques semaines de cela, le glacier Okjokull en Islande a également tiré sa révérence.

Un glacier qui se meurt à petit feu

Le cas du glacier de Pizol offre un exemple concret des dégâts du réchauffement climatique. Si au départ, le glacier Pizol culminait entre 2 630 et 2 780 mètres d’altitude, aujourd’hui il est devenu tellement petit qu’il n’est même plus mesurable.

Du glacier, il ne reste plus que quelques plaques dispersées ici et là qui représentent, d’après les scientifiques, l’équivalent de quatre terrains de football. Actuellement, le glacier Pizol présente également un énorme trou béant.

Une situation qui risque de s’aggraver

Les scientifiques suisses prennent cette situation très au sérieux étant donné que depuis 1850 ce sont environ 500 glaciers qui ont disparu dans ce pays. Dans une étude, les chercheurs ont indiqué que la situation actuelle n’augurait rien de bon pour les 4 000 glaciers alpins restants. D’après eux, 90 % de leur volume pourrait fondre si les émissions de gaz à effet de serre restent inchangées.

À l’échelle mondiale, ce sont environ 200 000 glaciers qui ont perdu 9 000 milliards de tonnes de glace entre 1961 et 2016 d’après la revue britannique Nature.

Mais si les conséquences du réchauffement climatique sont désastreuses pour la Terre, elles le sont d’autant plus pour l’humanité comme l’ont indiqué les organisateurs de la marche funèbre en hommage au glacier de Pizol. « De nombreux petits glaciers, comme celui du Pizol, vont disparaître dans les années à venir. Le changement climatique dû à l’Homme en est la cause principale. Mais le changement climatique menace aussi la civilisation humaine telle que nous la connaissons, en Suisse et dans le monde entier », ont-ils déclaré.