Nous devrions découvrir une forme de vie extraterrestre dans ces trente prochaines années selon le prix Nobel de physique

Didier Queloz a une cinquantaine d’années et il vient d’obtenir le très convoité Prix Nobel de Physique pour ses travaux sur les exoplanètes. Durant une allocution récente, il s’est dit convaincu de l’existence d’une forme de vie extraterrestre et il a même indiqué qu’il était fort possible que nous en détections une dans ces 30 prochaines années.

Originaire de Suisse, Didier Queloz travaille pour l’Observatoire de Genève en Suisse, mais aussi à l’Université de Cambridge.

espace

Crédits Pixabay

Passionné d’exoplanètes, il est notamment connu pour avoir découvert 51 Pegasi b durant son doctorat, avec Michel Mayor, son directeur de thèse.

Récompensé pour ses recherches sur les exoplanètes

Depuis, Didier Queloz s’est distingué à de multiples reprises et il a même été récompensé d’un Prix Wolf de physique en 2017.

Et désormais, le chercheur vient de recevoir le Prix Nobel 2019 avec Michel Mayor pour la découverte de la toute première exoplanète. Une récompense prestigieuse et à la hauteur de ses différents travaux.

Invité à Londres, Didier Queloz a donc été amené à s’exprimer au sujet de ses recherches, mais aussi de la vie extraterrestre. Une vie à laquelle il lui est impossible de ne pas croire : « Je ne peux pas croire que nous sommes la seule entité vivante de l’Univers. Il y a beaucoup trop de planètes, beaucoup trop d’étoiles, et la chimie est universelle ».

Selon lui, si la vie a pu apparaître sur la Terre, alors il est statistiquement fort probable qu’elle soit aussi apparue ailleurs.

Une question de statistiques

Ce que semblent par ailleurs confirmer les découvertes de ces dernières années. Grâce à nos sondes et nos rovers, nous avons en effet été en mesure de détecter des composés nécessaires à l’apparition de la vie sur Mars, mais aussi des geysers d’eau sur Encelade. Notre système pourrait donc lui-même abriter d’autres formes de vie.

La seule chose qui nous empêche de faire une telle découverte, toujours selon Didier Queloz, c’est finalement notre technologie. Elle reste en effet encore trop limitée. Cela devrait cependant changer très vite et le chercheur s’attend ainsi à ce que nous mettions sur pied des observatoires et des instruments plus précis et plus sensibles dans ces 30 prochaines années.

Ce qui devrait bien entendu nous permettre de détecter des formes de vie extraterrestres sur certains des mondes qui nous entourent.

Les statistiques semblent d’ailleurs être de son côté. Depuis 51 Pegasi b, nous avons en effet découvert plus de quatre mille exoplanètes et certaines d’entre elles se trouvent même dans la zone d’habitabilité de leur étoile. Sur tous ces mondes, il ne serait donc pas surprenant d’en trouver un qui soit en mesure d’accueillir une forme de vie, même très basique.

Tremble, paradoxe de Fermi, tremble !

Mots-clés extraterrestres