Nous en savons plus sur les occupants du sarcophage de granit noir

Début juillet, les archéologues égyptiens ont mis à jour trois mystérieux sarcophages vieux de deux mille ans mesurant 2,7 mètres de long dans le gouvernorat égyptien d’Alexandrie. À l’intérieur, ils ont découvert trois momies complètement altérées et englouties dans un liquide orange. Dimanche dernier, l’Égypte a annoncé que les scientifiques ont établi le sexe et l’âge des trois squelettes trouvés dans un sarcophage en granit noir.

L’hypothèse initiale selon laquelle ces trois personnes momifiées étaient des officiers militaires a été écartée, car l’armée égyptienne était uniquement composée d’hommes. En effet, les chercheurs ont constaté que l’une des momies était une femme âgée d’entre 20 et 25 ans. L’un des deux hommes était âgé d’entre 35 et 39 ans, et l’autre d’entre 40 et 44 ans.

Sarcophage

L’image montrant le liquide bizarre, qui serait de l’eau usée déversée dans la tombe, dans les sarcophages a fait sensation sur les réseaux sociaux.

L’ensevelissement s’est déroulé en deux étapes

« L’analyse préliminaire de l’équipe de chercheurs […] a permis de déterminer l’âge des personnes ensevelies au moment de leur mort, leur sexe, leur taille en prenant en compte celles de leur crâne, de leur bassin, de leurs os dans le cadre de l’étude anthropologique », a expliqué M.Waziri, chef du Conseil suprême des antiquités égyptiennes.

Après avoir procédé à l’analyse des ossements, les chercheurs ont déclaré que les dépouilles appartenaient à trois personnes ayant vécu durant l’époque ptolémaïque de l’Égypte ancienne.

Les archéologues ont également découvert trois panneaux en or portant des inscriptions à l’intérieur.

En outre, après avoir analysé la position des dépouilles dans le sarcophage, M.Waziri pense que l’ensevelissement s’est déroulé en deux étapes.

La plus vieille intervention chirurgicale

Par ailleurs, les chercheurs ont remarqué une cavité indiquant une « intervention chirurgicale » sur l’un des crânes. D’après le Ministère égyptien des Antiquités, cet homme aurait vécu durant un certain temps avec ce trou de dix-sept millimètres de diamètre sur sa tête. Le Dr. Zeinab Hasheesh pense qu’il s’agit du résultat d’une opération chirurgicale appelée trépanation.

Il s’agit d’une ancienne technique consistant à faire un trou dans la boîte crânienne pour soulager l’hypertension. « Cette opération est la plus vieille intervention chirurgicale connue depuis la Préhistoire, mais elle n’a que rarement été observée en Égypte », a souligné le Dr. Zeinab Hasheesh.

Mots-clés archéologie