Nous ne verrons pas l’explosion de Bételgeuse de notre vivant

Les astronomes contemporains attendent toujours avec impatience d’observer en direct la venue d’une supernova. Depuis quelques années, certains spécialistes des étoiles ont supposé que Bételgeuse, une supergéante dans la constellation d’Orion, est sur le point de « mourir ». Pour Meridith Joyce, astrophysicienne, ce serait un spectacle qui pourrait donner l’opportunité « d’étudier ce qui arrive » quand les astres comme celui-ci explosent.

Selon les derniers calculs effectués par les scientifiques, il y aurait plus ou moins 530 années-lumière entre nous et le géant céleste. L’évènement, s’il se produit de notre vivant, sera visible à l’œil nu et en plein jour, mais nous sommes encore assez éloignés pour ressentir la chaleur que dégagerait l’explosion.

Crédits Montargès/ESO

Malheureusement, les astronomes de notre génération ne pourront sans doute pas assister à cette scène impressionnante.

Grande déception des astronomes

La seconde étoile la plus brillante dans le ciel terrestre est observée depuis de nombreuses années à travers les télescopes les plus performants à la disposition des chercheurs. Ces derniers ont remarqué des variations flagrantes de son intensité lumineuse, leur faisant penser qu’elle serait bientôt en fin de vie.

Pourtant, Meridith Joyce et son équipe ont découvert que l’étoile « brûle de l’hélium dans son noyau pour le moment ». Un indice montrant que l’explosion tant attendue est encore loin de se produire. László Molnár, astronome de l’observatoire hongrois de Konkoly, a déclaré que les astronomes sont « tous un peu déçus » de la situation.

À lire aussi : La magnitude de Bételgeuse continue de diminuer

Une étoile qui n’est pas prête à s’éteindre

Les différents changements de luminosité peuvent être compris de deux manières différentes. La première explication est que, comme notre soleil, la géante rouge est parcourue par des vagues de pression, ondulant à l’intérieur de sa masse. Le puissant noyau en fusion fait circuler les gaz, ce qui rend les « pulsations de l’étoile » visible au télescope.

On sait aussi que l’activité de Bételgeuse est si intense que de la poussière stellaire l’enveloppe à certains moments. Cela forme un écran de fumée, bloquant son rayonnement lumineux aux yeux des scientifiques, et leur faisant penser à une baisse d’activité.

Aujourd’hui, les astronomes ont déduit que l’astre d’Orion a encore beaucoup de temps devant lui. Joyce et son équipe estiment qu’il y a encore « 100 000 ans avant qu’une explosion ne se produise. »

À lire aussi : Une nouvelle théorie concernant la diminution de la luminosité de Bételgeuse