Ubisoft s’engage à créer un environnement inclusif après avoir été accusé de sexisme

Ubisoft a récemment été pointé comme étant une entreprise au sein de laquelle le sexisme et le harcèlement sont monnaie courante. Des femmes qui sont des anciennes et actuelles salariées du géant français du jeu vidéo ont tout déballé sur Twitter. Elles auraient été victimes d’insultes et de harcèlements sur leur lieu de travail.

Au début, Ubisoft a seulement déclaré avoir pris les accusations très sérieusement. Compte tenu des nombres croissants des révélations, la direction de l’entreprise française développeur, éditeur et distributeur de jeu vidéo a jugé bon de présenter des excuses aux femmes qui ont été malmenées au sein de la société. « Nous sommes profondément désolés » peut-on lire dans un communiqué de presse publié jeudi 25 juin 2020.

Un gamer équipé d'un casque

Crédits Pixabay

Contrairement à la direction d’Ubisoft, les hommes dont les noms sont cités dans les fâcheuses histoires n’ont pas fait de commentaires jusque-là.

Des enquêtes sont lancées

La société de jeu vidéo a également fait part des mesures qu’elle a prises quant aux pratiques ignobles dont souffrent ses employés féminins. Ubisoft a fait appel à des consultants extérieurs pour aider la direction à effectuer une enquête en interne. Le géant français infligera des sanctions disciplinaires en fonction des résultats de l’investigation.

Un audit sera également effectué pour qu’Ubisoft puisse comprendre la source du problème. La société affirme avoir établi des systèmes pour éviter les comportements inappropriés dans ses enseignes et envisage de  mettre en place de nouvelles mesures pour mieux les prévenir et les punir dans le futur.

« Le sexisme fait partie du job » selon le RH

Si l’on en croit aux révélations des employés, le sexisme existe chez Ubisoft depuis plusieurs années. Rien d’exceptionnel n’a été fait pour améliorer la situation bien que les victimes et les témoins se sont plaints auprès des services des Ressources Humaines et les directions des studios.

Mots-clés sexismeubisoft