Un nouveau type de dune a été découvert sur Mars

Mars est au centre de toutes les attentions en ce moment et la tendance n’est sans doute pas prête de s’inverser, pas avec toutes les missions prévues pour les mois et les années à venir. Oui et si la planète rouge fait autant parler d’elle depuis quelques jours, c’est avant tout à cause d’une découverte faite par une équipe de géologue emmenée par Mathieu Lapôtre. Cette dernière a en effet découvert un nouveau type de dunes sur la planète.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, toutes les dunes ne se ressemblent pas forcément.

Dune Mars

Un nouveau type de dune vient d’être découvert sur Mars.

Sur la Terre, par exemple, on rencontre deux grandes structures différentes : les grandes dunes des déserts et les petits tas de sable présents aux quatre coins du globe, dans de nombreuses régions différentes.

Comprendre Mars grâce à ses dunes

En s’appuyant sur des relevés réalisés par Curiosity, Mathieu Lapôtre a découvert un troisième type de dune sur la planète rouge. Ces dernières mesures seulement quelques mètres de haut et elles se trouvent un peu partout sur la planète. Intéressant, mais ce n’est pas terminé car certaines d’entre elles sont couronnées de deux types de rides de sable hautes de quelques centimètres ou même parfois de quelques mètres.

Comment est-ce possible ? Cette forme insolite s’explique en grande partie par la faible densité de l’atmosphère martienne. C’est en effet ce qui a permis à ces étranges motifs de se développer sur la surface de la planète.

Cette découverte est loin d’être anodine. En étudiant la formation de ces dunes, nous devrions en apprendre davantage sur l’histoire de Mars et sur l’évolution de la planète au fil des millénaires. Elle nous permettra ainsi de mieux comprendre ses transitions climatiques mais aussi ce qui a fait d’elle la planète que nous connaissons.

Maintenant, la question qui se pose, c’est évidemment de savoir si ces fameuses dunes se limitent à la planète rouge. Selon Mathieu Lapôtre, il est peu probable que ce soit le cas. C’est même tout le contraire et il ne serait pas étonnant que l’on en trouve sur d’autres corps possédant une faible densité atmosphérique.

Des corps comme Pluton, par exemple, ou même certaines comètes.

Il faut d’ailleurs savoir que Rosetta a détecté des formations similaires sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko durant les quelques mois passés en sa compagnie.

Crédits Image

Mots-clés astronomiemars