Du nouveau concernant l’astéroïde Ryugu

Comme vous le savez, les astéroïdes sont des débris laissés par de plus gros corps qui ont été brisés par un événement d’impact important. D’après le Dr Ralph Milliken, un scientifique planétaire à l’Université Brown, co-auteur d’une étude concernant Ryugu, ce dernier est un conglomérat de roches lâches maintenues ensemble par la gravité. Rien de moins qu’un tas de gravats qui se promène dans l’espace.

Sur Ryugu, les scientifiques ont détecté une signature d’eau. Et d’après eux, cette eau provient d’un parent astéroïde auparavant plus riche en eau qui s’est probablement desséchée. Toutefois, il serait aussi possible que Ryugu se soit desséché après une perturbation catastrophique ou qu’il se soit réchauffé après quelques tours rapprochés du Soleil dans le passé, ce qui aurait asséché sa surface.

Photo de Frantisek Krejci – Pixabay.com

Afin de déterminer quel scénario serait le plus probable, les observations des échantillons souterrains de Ryugu ont été effectuées, couplées à des observations par le spectromètre proche infrarouge (NIRS3) de la sonde Hayabusa-2 de la JAXA.

Et les analyses révèlent finalement que l’ancien corps-parent de Rygu s’était desséché lors d’une sorte d’événement qui l’a chauffé avant sa naissance.

Ce que nous apprennent les échantillons de la mission Hayabusa-2

Pour rappel, une expérience d’impact artificiel sur Ryugu a été réalisée par la mission Haybusa-2 en avril 2019. Elle consistait à collecter et à étudier les matériaux souterrains exposés afin d’en savoir plus sur l’objet.

Les experts de la mission ont ainsi utilisé le spectromètre proche infrarouge (NIRS3) pour détecter les minéraux aquifères afin de pouvoir comparer la teneur en eau de la roche de surface avec celle du sous-sol.

Les analyses des données ont révélé que la signature de l’eau souterraine ressemblait assez à celle de la surface la plus externe. Ces résultats concordent donc avec l’hypothèse selon laquelle le corps-parent de Ryugu s’était déjà asséché, contrairement à l’autre théorie arguant que la surface de Ryugu a été asséchée par le Soleil.

Le Dr Milliken a d’ailleurs souligné qu’il ne faut pas s’attendre à ce que le chauffage à haute température du Soleil ne fasse des effets qu’à la surface de Ryugu, sans pénétrer loin dans son sous-sol. Et il ajoute : « Mais nous pouvons constater que la surface et le sous-sol ont une similarité et les deux sont relativement pauvres en eau, ce qui nous ramène à l’idée que Ryugu provient bel et bien de l’altération de son corps parental ».

Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue Nature Astronomy.