Nouveaux tarifs douaniers : les constructeurs automobiles victimes collatéraux

Donald Trump a annoncé de grandes nouvelles pour les constructeurs automobiles américains le 23 mai 2018. Selon le président US, ils subissaient depuis des années des pertes de profit et d’emplois au profit des autres pays. Le président américain a ainsi ordonné le secrétaire du Commerce, Wilbur Ross, de mener une enquête sur l’importance des importations, aux États-Unis.

Après enquête, Wilbur Ross a déclaré dans un communiqué que durant ces vingt dernières années, 32 à 48% du total des véhicules commercialisés aux États-Unis sont importés de l’étranger.

Il a également indiqué que cette situation affaiblissait l’économie nationale, réduisait les recherches de développement et les emplois pour les travailleurs qualifiés dans le secteur automobile sur le territoire américain.

La Maison-Blanche a décrété qu’elle allait dorénavant imposer une taxe de 25% sur les importations de véhicules à partir du 6 juillet 2018.

La Chine tente d’apaiser les tensions

Xi Jinping avait annoncé en avril 2018 qu’il allait baisser considérablement les taxes sur les importations des voitures en Chine. Le président chinois a déclaré qu’il allait rabaisser ce droit de douane à 15% contre 25% auparavant à compter du 1er juillet 2018.

Le gouvernement chinois a expliqué que cette mesure visait à promouvoir le secteur commercial et à satisfaire les besoins des consommateurs. L’ancienne taxe chinoise était dans le collimateur de Donald Trump étant donné la différence des taxes douanières sur les importations qu’appliquaient jusqu’alors les deux pays, 2,5 % pour les États-Unis contre 25% pour la Chine.

Une mesure à double tranchant

Bien que Donald Trump ait adopté cette mesure douanière pour protéger l’industrie automobile américaine, cela pourrait avoir l’effet inverse sur la commercialisation de voitures américaines en Chine.

Selon Liu Yuanchun, professeur à l’université Renmin, Chine, la dépréciation du yuan rend déjà les véhicules importés chers pour les consommateurs locaux. Par conséquent, cette hausse des taxes douanières pourrait encore plus détourner les acheteurs des véhicules américains au profit des marques locales.

Certains constructeurs automobiles américains en sont conscients. Ils ont en conséquence abaissé le prix de leurs véhicules en Chine. C’est le cas, par exemple, de Tesla qui a abaissé de 6% le prix de sa Model S. Néanmoins, un consommateur chinois, Andy Wu, qui voulait s’acheter une Tesla a finalement émis des doutes sur son choix. D’un côté, une Model S S coûtait entre 710 000 yuans à 1,23 million de yuans. D’un autre coûté, il pouvait s’offrir une Porsche pour 800 000 yuans.

De ce fait, les marques automobiles américaines pourraient avoir du mal à rivaliser avec les marques européennes en Chine, ce qui n’est pas de bon augure d’autant plus que la Chine est le premier marché automobile au monde.