Nouvelle amende au Brésil pour Facebook suite au scandale Cambridge Analytica

C’est en juin dernier que la société de Mark Zuckerberg a été condamnée à une forte amende de 5 milliards de dollars aux USA suite au scandale Cambridge Analytica. Un scandale pendant lequel les données privées de millions d’utilisateurs ont été dérobées pour influencer les élections américaines et le vote du Brexit. D’autres pays ont également condamné Facebook comme l’Espagne, l’Italie et l’Angleterre du côté de l’Europe. Autant de sanctions entachant l’image du réseau social déjà bien terne depuis plusieurs années.

Et comme nous l’apprend Reuters, une nouvelle amende vise Facebook mais au Brésil cette fois. C’est également suite au scandale Cambridge Analytica que cette sanction a été prononcée.

Crédits Pixabay

Une décision à laquelle Facebook a décidé de répondre.

1,5 million d’euros d’amende au Brésil

C’est une forte amende à l’encontre de Facebook qui a été annoncée par le ministère de la Justice au Brésil.

Le réseau social est condamné à payer 1,5 million d’euros pour l’exploitation de données personnelles des utilisateurs suite au scandale Cambridge Analytica. Une affaire qui avait ravivé de vifs soupçons quant à la faible protection des informations privées sur la toile. Pour le ministère de la Justice, Facebook a permis à la société Cambridge Analytica d’exploiter les données de 443 000 Brésiliens qui avaient téléchargé une application.

Face à cette amende – tout de même moins élevée que les 5 milliards de dollars aux USA -, Facebook a expliqué s’être dernièrement concentré sur la protection de la vie privée des utilisateurs, notamment du côté des informations “auxquels les développeurs ont accès”. Le réseau social de Mark Zuckerberg pourra faire appel de la décision de justice.

Pour rappel, ce sont 87 millions d’utilisateurs à travers le monde qui avaient été touchés par cette exploitation massive de données privées par Cambridge Analytica.

Reste à savoir si Facebook évitera un nouveau scandale d’une telle ampleur dans les années à venir. Le réseau social semble bien décidé à ne pas se retrouver dans une autre affaire politique – Cambridge Analytica avait entraîné la convocation de Mark Zuckberg devant le Congrès américain.

Sans oublier que Facebook développe de nouveaux outils pour lutter contre la désinformation, beaucoup trop répandue sur ses plate-formes – Instagram, Messenger ou Instagram n’y échappent pas.