Nouvelle découverte à Pompéi

Lorsqu’on parle des ruines de Pompéi, la ville romaine victime de l’éruption du Vésuve en l’an 79 de notre ère, on pense surtout aux habitants qui ont été transformés en « statues » par la matière volcanique à haute température. Mais ce site archéologique est aussi le théâtre de nombreuses autres découvertes reflétant la façon de vivre des anciens romains. Dernièrement, les archéologues ont pu déterrer un thermopolium en entier, c’est-à-dire une sorte de restaurant où l’on vendait de la nourriture chaude et du vin.

En raison de la fonction du thermopolium, les chercheurs ont décidé de le surnommer « snack bar ». Cette installation avait en effet le même rôle que les stands de street food actuels. Les thermopolia étaient d’ailleurs très populaires à l’époque puisque Pompéi à lui seul en possédait 80. Les chercheurs expliquent que cette découverte va permettre d’en savoir plus sur les habitudes gastronomiques des anciens habitants de la ville avant la catastrophe.

Crédits Pixabay

Selon Massimo Ossana, directeur du parc archéologique de Pompéi, c’est une découverte extraordinaire. Il a ajouté que c’était la première fois qu’ils sont parvenus à déterrer un thermopolium en entier.

Que mangeait-on à l’époque ?

Au cours de leurs recherches, les archéologues ont pu déterminer le genre de plats que l’on servait au thermopolium. Ils ont en effet découvert des traces de nourriture dans des pots en terre cuite qui se trouvaient dans le magasin. Ils ont ainsi pu relever des traces de porc, de bœuf, de poisson et même d’escargots. Au fond d’un des pots en terre, les chercheurs ont aussi trouvé des haricots écrasés qui étaient utilisés pour changer le goût du vin.

Un bol en bronze décoré utilisé pour boire a aussi été trouvé sur les lieux, ainsi que des flacons de vin et une amphore pour stocker ou transporter des liquides. Il y avait également des pots en céramique utilisés pour la cuisson des soupes et des ragoûts.

En plus des différents ustensiles et des restes de nourriture, les archéologues ont aussi eu droit à une autre surprise. Des fresques colorées pouvaient en effet être identifiées sur le devant du comptoir du magasin. Certaines montraient les animaux qui étaient utilisés pour la préparation des plats. On peut y voir par exemple une poule et deux canards. Selon l’anthropologue Valeria Amoretti, cette fresque est le témoignage de la grande variété de produits animaux qui étaient utilisés pour préparer les plats.

Des os humains ?

Détrompez-vous, il n’est pas question de cannibalisme. Les archéologues ont tout simplement découvert des os humains près du snack bar, incluant ceux d’un homme âgé d’environ 50 ans. D’après Ossana, le restaurant semble avoir été fermé et abandonné par ses propriétaires de façon précipitée. Mais il est possible que quelqu’un, peut-être l’homme âgé, soit resté sur place et y ait perdu la vie au cours de la première phase de l’éruption.

Quant à l’autre corps retrouvé sur les lieux, Ossana explique qu’il peut s’agir d’un voleur ou d’un fugitif affamé qui a été surpris par les émanations brûlantes. Il avait d’ailleurs le couvercle du pot qu’il venait d’ouvrir dans sa main au moment de sa mort.

Pour le moment, le snack bar antique ne peut pas encore être visité. Bien que le site ait été exhumé en 2019, les travaux continuent pour essayer de le préserver de la meilleure manière.

Mots-clés archéologiepompéi