Cancer : découverte d’une nouvelle technique de chimio plus de 30 % plus efficace

Aujourd’hui, l’un des traitements les plus utilisés pour combattre le cancer chez un patient est la chimiothérapie. Elle consiste à injecter des médicaments spécifiques dans l’organisme du malade pour attaquer les cellules cancéreuses, mais comme le disent les spécialistes, certaines raisons font que cette thérapie peut parfois ne pas fonctionner à 100 %. Dans ce contexte, une équipe de chercheurs de l’University College de Londres a développé une technique qui permettrait de rendre la chimiothérapie jusqu’à 34 % plus efficace. Cette technique se base sur la combinaison des médicaments habituels avec des nanoparticules magnétiques.

En gros, les nanoparticules magnétiques, qui transportent également le médicament choisi, viennent s’attacher aux cellules d’une tumeur cancéreuse. Cela fait, l’on va appliquer un champ magnétique inoffensif au niveau de la zone où se trouve la tumeur. Ce champ va activer les propriétés magnétiques des nanoparticules qui vont alors se réchauffer, augmentant ainsi la température des cellules cancéreuses. D’après les résultats, ce processus endommage la tumeur et la rend plus vulnérable aux médicaments habituellement utilisés.

Crédits Pixabay

Selon les informations, cette nouvelle méthode n’a encore été testée qu’en laboratoire. Les chercheurs indiquent néanmoins que les premiers résultats sont prometteurs. Au cours des tests, les scientifiques ont appliqué la technique sur des cellules cancéreuses du sein, sur des cellules cancéreuses du cerveau, ainsi que sur des cellules cancéreuses de la prostate de souris.

Des résultats prometteurs

Parmi les résultats décrits dans l’article publié dans la revue Journal of Materials Chemistry B, on peut voir que la combinaison de la chaleur et du médicament du nom de doxorubicine a permis de tuer 98 % des cellules cancéreuses du cerveau après une période de 48 heures. Selon les chercheurs, ce résultat était de 73 % seulement lorsque le médicament était utilisé seul.

En ce qui concerne les cellules cancéreuses du sein, la combinaison a permis l’élimination de 89 % des cellules malignes contre 77 % seulement lorsqu’on se sert uniquement du médicament.

Selon le professeur Nguyen T.K. Thanh qui est le premier auteur de l’étude, leur travail montre le potentiel énorme de la combinaison de la chimiothérapie avec la chaleur délivrée à l’aide des nanoparticules magnétiques. Il ajouté que cette technique est déjà approuvée pour traiter les glioblastomes, ou cellules cancéreuses du cerveau à croissance rapide, mais que les résultats de cette étude suggèrent qu’elle a le potentiel pour être utilisée comme thérapie généralisée du cancer.

Le professeur Thanh a aussi indiqué que la nouvelle méthode pourrait permettre de réduire les effets secondaires de la chimiothérapie.

Les risques encourus lors d’une chimiothérapie classique

En parlant d’effets secondaires, parfois, les cellules cancéreuses arrivent à résister à la chimiothérapie, raison de plus pour les éliminer le plus rapidement possible.

Selon les experts, il y a plusieurs causes pouvant mener à cette résistance. Par exemple, les cellules qui ne sont pas tuées peuvent muter ou encore réparer l’ADN qui a été détruit par le médicament. Elles peuvent également développer un mécanisme qui va rendre ce dernier inefficace.

Il y a aussi la production de centaines de copies d’un gène en particulier par les cellules malignes, ce qui va enclencher la surproduction d’une protéine qui va rendre le traitement inefficace.

D’après le professeur Workman qui dirige l’Institute for Cancer Research, la capacité des cellules cancéreuses à s’adapter, à évoluer et à devenir résistantes aux médicaments est la cause de la plupart des décès faisant suite à cette maladie.

Il est ainsi important de trouver un moyen rapide et efficace d’éliminer les cellules malignes avant que celles-ci n’aient le temps de s’adapter, et l’association de la chimiothérapie avec des nanoparticules magnétiques pourrait faire partie des meilleures solutions.