Nouvelle Zélande : un vieux satellite russe se serait écrasé ce week-end

La Nouvelle-Zélande a été le théâtre d’une scène insolite samedi dernier. Plusieurs habitants ont en effet rapporté avoir vu une étrange lumière dans le ciel néo-zélandais. Très vite, les internautes ont commencé à parler de météorite ou même d’OVNI, mais l’explication à ce phénomène serait beaucoup plus triviale… et inquiétante.

D’après les informations dont nous disposons, une étrange lumière serait donc apparue dans le ciel néo-zélandais samedi soir, dans le nord du pays, en début de soirée.

Météore

Une lumière également repérée par les instruments des astronomes locaux.

Une lumière a été aperçue dans le ciel néo-zélandais

Très vite, des photos ont commencé à apparaître sur les réseaux sociaux, accompagnés d’un nombre incalculable de théories en tout genre, sur fond de météorite, de drones, d’avions top secret ou même d’extraterrestres.

Une journée parfaitement normale et banale sur la toile, en somme.

Toutefois, il semblerait qu’aucune de ces théories ne soit la bonne.

En réalité, les astronomes pensent que cette lumière n’a rien à voir avec l’entrée d’une météorite ou d’un vaisseau extraterrestre dans l’atmosphère de notre belle planète. De leur point de vue, le phénomène aurait ainsi été provoqué par un satellite russe. Plus précisément par un Kosmos 2430.

Un satellite russe hors de contrôle ?

Déployé en 2007, ce satellite avait pour mission de surveiller et de suivre les lancements de missiles. Les autorités russes ont cependant perdu le contact avec l’engin et ce dernier a commencé à flotter dans l’espace et à redescendre doucement – vraiment très doucement – vers notre planète.

D’après les différents experts qui ont eu l’occasion d’analyser les images capturées samedi et les données des instruments des observatoires locaux, ce serait donc ce satellite qui serait responsable de cet étrange spectacle.

Toujours en se basant sur leurs relevés, ces derniers pensent que le satellite russe s’est écrasé quelque part dans le nord de la Nouvelle-Zélande. Ils ont en outre exhorté les Néo-Zélandais à ne pas toucher à ses éventuels débris. Les satellites contenant en effet des substances toxiques et nocives, il est en effet préférable de ne pas toucher directement ces objets.

La Russie, de son côté, n’a encore rien confirmé. Toutes ces informations sont donc à prendre avec prudence.