Nouvelles avancées dans la lutte contre le cancer avec l’immunothérapie

L’immunothérapie regroupe l’ensemble des traitements du cancer consistant à booster le système immunitaire, afin de l’aider à lutter contre les tumeurs. L’un d’entre eux consiste à extraire des globules blancs du patient, puis de les modifier pour qu’ils puissent mieux reconnaître les cellules cancéreuses attaquant l’organisme. Les lymphocytes ainsi obtenus sont appelés cellules T, et ils sont réinjectés dans le corps de l’individu pour qu’il puisse guérir.

Cependant, certaines formes de mélanome peuvent « se cacher » du système immunitaire, en devenant invisibles grâce à une mutation génétique. Une astuce permettant aux cellules tumorales de résister à l’attaque des globules blancs améliorés.

Crédits Pixabay

Le Dr Anusha Kalbasi de l’université de Californie (UCLA), spécialiste en radio-oncologie, a testé un nouveau médicament pouvant aider les cellules T à repérer plus facilement les tumeurs.

Des expériences encourageantes pour lutter contre les tumeurs

Les scientifiques ont nommé le remède BO-112, et sa fonction est de révéler à notre système immunitaire la localisation des cellules qu’il faut combattre. Son efficacité sur certains cancers a été testée sur des souris de laboratoires, puis sur des humains. Les essais démontrent que dans la plupart des cas, sur des tumeurs de petite taille, l’organisme arrivait à stopper le développement des cellules cancéreuses.

Par contre, quand ce médicament est utilisé seul, l’organisme n’arrive pas à éliminer complètement le mélanome. Les chercheurs de l’UCLA suggèrent donc de combiner le BO-112 avec la thérapie par les cellules T, car ces dernières sont mieux armées pour supprimer le cancer lorsque celui-ci est repéré. Les cancérologues ont déjà testé les effets de cette formule pharmaceutique sur quelques dizaines de personnes, mais des études d’une plus grande ampleur sont encore à prévoir.

À lire aussi : Le premier homme guéri du VIH vient de succomber à un cancer

Le mode de fonctionnement du BO-112

Ce médicament est une sorte d’ARN de virus que l’on injecte dans la tumeur elle-même, pour qu’elle se sente attaquée de l’intérieur. Comme elle possède également un système de défense naturelle, elle produit aussi des antigènes pour résister à ce qu’elle croit être une infection. C’est là que nos lymphocytes T peuvent les localiser et entrer en action.

Un cancer devient plus facile à traiter avec l’immunothérapie, grâce à l’utilisation du BO-112, ce qui encourage les oncologues à vouloir passer à des phases de tests plus avancés. Comme la molécule est directement introduite dans la tumeur, les expériences ont seulement été basées sur des tumeurs “accessibles de l’extérieur” comme le cancer du sein, les mélanomes et les lymphomes.

À lire aussi : Cancer, découverte d’un traitement qui tue les cellules cancéreuses sans médicaments