Nouvelles rumeurs sur le jeu Star Wars de Quantic Dream

La République n’a pas dit son dernier mot : le journaliste américain Jeff Grubb a fait part de nouveaux détails quant au projet Star Wars du studio français Quantic Dream. Ce nouveau jeu, dont l’existence avait été officieusement révélée par le journaliste Tom Henderson en septembre dernier, aurait ainsi un titre — Star Wars Eclipse — mais également un contexte d’ores et déjà défini : l’Ère de la Haute République…

123rf

Pas l’Ancienne, mais bien la Haute…

Ce nouveau titre prendrait ainsi place au sein de l’Ère de la Haute Républque, située environ 230 ans avant la Bataille de Yavin — qui résultera en la destruction de l’Étoile Noire par l’Alliance Rebelle et Luke Skywalker. C’est une période très peu explorée dans le canon historique de la saga et qui a été mentionnée pour la toute première fois dans les oeuvres plus récentes de la franchise.

Il s’agit d’une époque propice à l’exploration hyperspatiale et la découverte de nouvelles planètes et colonies, mais également de l’âge d’or pour l’ordre des Jedi. Ces derniers participent activement à l’expansion des territoires nouvellement placés sous la gouverne de la République… Avant sa chute, fatidique, aux mains de l’Empire, quelque deux-cents années après.

Une annonce avant 2022 ?

Disney et LucasArt ont décliné cette nouvelle Ère historique à travers de nombreux médias différents de la franchise Star Wars, qu’il s’agisse des romans, des bandes dessinées ou des dramas audio. On devrait s’attendre à voir beaucoup de nouvelles oeuvres explorant les deux siècles couvrant la Haute République, et Star Wars Eclipse pourrait ainsi être son introduction au grand public la plus importante à ce jour… Si jamais, évidemment, ces rumeurs sont confirmées. Grubb affirme également que le titre devrait être annoncée avant la fin de l’année — une annonce au cours des Games Awards, grande cérémonie pleine d’annonces de projet et autres world premieres, est fort probable.

On rappelle que Quantic Dream a attaqué en justice les journaux Le Monde et Mediapart pour diffamation après plusieurs articles relatant des éléments d’une culture de travail toxique entretenue au sein des locaux du studio. Si Le Monde a été condamné, Mediapart à gagné en justice contre Quantic Dream.