L’obésité infantile favorisée par les smartphones et les tablettes ?

Des chercheurs anglais ont réalisé une étude sur l’obésité infantile. Ils ont établi un lien entre l’exposition aux écrans et les risques de surpoids chez les enfants. Les résultats de l’étude ont montré que les appareils numériques seraient susceptibles de causer ce problème. Les préadolescents en seraient les principales victimes. C’est surtout l’excès qui pourrait être dangereux.

L’étude a été réalisée par des chercheurs du Département d’épidémiologie et de santé publique, de l’University College de Londres. Les scientifiques se sont basés sur les archives du MillenniumCohortStudy (MCS). Pour eux, les enfants ne devraient pas avoir l’habitude de dépenser trop de temps devant les écrans.

Obésité Infantile

Les résultats de la recherche peuvent être consultés dans la revue médicale International Journal of Obesity. Ils ont été publiés le mardi 13 juin 2017.

Une observation chez 12 556 enfants

Les chercheurs ont observé l’exposition aux écrans chez 12 556 enfants âgés de sept à onze ans. Dès l’âge de sept ans, beaucoup d’entre eux disposent d’une télévision dans leur chambre. Plus de 6 278, soit plus que la moitié, se trouvent dans cette situation.

Les experts ont également analysé l’Indice de Masse Corporel (IMC) et l’Indice de Masse Grasse (IMG) des enfants. Ils ont constaté que ceux qui ont une télévision dans leur chambre présentaient des indices beaucoup plus élevés que les autres.

Par ailleurs, ce facteur serait accentué par les habitudes liées à la télévision, notamment celles de grignoter des nourritures hypercaloriques. En outre, il serait également favorisé par l’exposition aux différentes publicités sur des produits alimentaires.

Les filles seraient plus menacées que les garçons

Les résultats ont montré que les répercussions chez les filles et les garçons se trouvant dans les mêmes cas seraient différentes. Chez les garçons âgés de onze ans, par exemple, le risque de surpoids à cause de ce facteur est estimé à vingt pour cent.

Par contre, chez les filles du même âge, ce taux s’élève à trente pour cent.

L’indice de graisse corporelle des filles correspond notamment aux nombres d’heures passées devant les écrans. Le risque élevé se justifierait notamment par le fait qu’elles soient « moins actives que les garçons ».

En 2015, en Angleterre, un tiers des enfants de onze ans avaient été victimes du surpoids. D’après le dernier Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, en France, ce problème avait déjà touché dix-sept pour cent des enfants, à la même époque. Il s’agit effectivement d’un fléau à laquelle la société moderne devra faire face.

Mots-clés enfantsinsolite