L’observatoire d’Arecibo va fermer

L’observatoire d’Arecibo s’érige fièrement à Porto-Rico (Etats-Unis) depuis 1963. Au cours de ces nombreuses années, il a permis à la communauté scientifique de réunir de nombreuses données radioastronomiques. Depuis quelques mois, les chercheurs du monde entier s’inquiètent pour l’avenir du radiotélescope d’Arecibo, et c’est à juste titre.

En août 2020, l’un des câbles en acier de l’observatoire s’est rompu. Cet incident a eu un impact considérable sur le reste de la structure. En effet, cela a entraîné l’arrachement d’une portion de l’antenne, d’une longueur de 30 mètres. Alors que les dégâts n’ont pas encore été résolus, le radiotélescope d’Arecibo a été le théâtre d’un nouvel incident.

Crédits Pixabay

Le 6 novembre 2020, des ingénieurs s’apprêtaient à réparer les dommages causés durant l’été. Toutefois, avant que les travaux ne commencent, un deuxième câble a lâché.

Un problème de fils ?

Francisco Cordova, le directeur de l’observatoire a indiqué au micro du site Space.com que des « fils individuels » se sont rompus au niveau du câble qui a récemment lâché.

Toutefois, d’après lui, aucun changement particulier n’a été observé au cours de ces dernières semaines. Il a ajouté que les ingénieurs ont estimé que la dégradation des fils n’était pas à l’origine du relâchement de ce câble.

 « Une équipe d’ingénieurs a évalué cette situation et a déterminé que ce n’était pas un problème car la capacité du câble est largement supérieure à la charge qu’il portait. Maintenant, avec cet échec, nous savons qu’il n’est pas question de capacité, mais qu’il y a une autre dégradation », a expliqué Francisco Cordova.

Le danger est réel

Dans un communiqué publié à la suite de cet incident, Francisco Cordova s’est voulu rassurant. Aussi inquiétante que cette situation puisse paraître, il a déclaré que l’important était que personne n’ait été blessé.

« Nous avions été prudents dans notre évaluation et avions donné la priorité à la sécurité dans la planification des réparations qui devaient commencer mardi. Et voilà ce qu’il se passe maintenant. »

La rupture de ce deuxième câble a entraîné des dégâts considérables au niveau de l’observatoire. Le constat des ingénieurs est alarmant. D’après eux, ce nouvel incident peut mettre en danger l’intégralité de la structure.

Il a donc été décidé de procéder à la fermeture et à la démolition de l’observatoire, un observatoire qui a joué un rôle clé dans les projets astronomiques menés ces dernières années. Un choix difficile, mais qui s’est imposé de lui même.

La NSF a effectivement fait savoir que procéder à des réparations mettrait en danger les travailleurs, sans la moindre garantie que cela suffise à remettre l’observatoire sur les rails.