OceanCleanup : le nettoyage des océans commencera plus tôt que prévu

Initialement prévu pour 2020, le projet de nettoyage des océans sera finalement lancé un peu plus tôt. Nettoyer les cinq millions de détritus en plastique dans les océans est le défi que s’est fixé Boyan Slat. Un objectif qu’il compte bien atteindre à l’aide du OceanCleanup. Le néerlandais affirme que le programme a subi des modifications en matière de technologie. Cela permettrait de le mettre à exécution d’ici douze mois.

Des « soupes de plastiques » se forment continuellement dans les eaux. Ce sont des plastiques qui se mélangent avec diverses substances. D’après OceanCleanup, le phénomène s’intensifierait car huit-millions de tonnes de déchets en plastique viennent salir les océans chaque année. Ces détritus sont en majorité  des bouteilles ou des sacs.

OceanCleanup

Le projet de nettoyage consistera à utiliser les courants des océans pour ramasser les déchets, rapporte Boyan Slat.

Les étapes de l’élaboration du projet

Le néerlandais, au début de son projet, a eu l’idée de mettre en place un barrage en « V » de cent kilomètres. Un filet sera ensuite utilisé pour collecter les détritus au fond de l’eau. Lors d’une séance à Utrecht, BoyanSlat parle d’un substitut proposé par des chercheurs. Ceci consiste en la mise en place d’une « une flotte de plusieurs petits systèmes ». Il a affirmé que cette initiative était plus avantageuse.

En parfaite synchronisation avec le flot des océans, une ancre flottante de douze mètres sera mise en place. Sur celle-ci seront ensuite placés une trentaine de barrages d’un ou de deux kilomètres de long pour ramasser les déchets en plastique. L’entreprise a effectué sa première analyse dans le Pacifique. Plus précisément, c’était au niveau de la plaque de déchets entre Hawaï et la Californie.

Les résultats escomptés

Dans les mers du Nord ont été conduits des tests en juin 2016 sur cent mètres de longueur. Confiant dans ses résultats, Boyan Slat compte éliminer la moitié de la plaque de déchets du Pacifique en une demi-décennie et donc en cinq ans. C’est un but qu’il a formulé lors de sa récente prestation à Utrecht.

La présence des déchets de plastiques dans les océans présente une grande menace pour l’écologie maritime. Des animaux comme les dauphins ou les tortues meurent en avalant ces produits. Ces détritus constituent aussi un danger pour la chaîne alimentaire en raison des particules nuisibles qu’ils contiennent. À ce propos, «Pour attraper le plastique, il faut agir comme le plastique», a affirmé Boyan Slat.