On a découvert de nouvelles espèces au fond de l’océan Pacifique

Le fond marin regorge de créatures dont un très grand nombre n’ont pas encore été découvertes en raison des profondeurs dans lesquelles elles vivent.

Les scientifiques viennent justement de mettre la main sur quatre de ces étranges animaux en explorant le paysage abyssal profond qui tapisse le fond de l’océan Pacifique.

Crédit : Peter Feghali – Unsplash.com

De nouveaux membres dans la famille des xénophyophores

Les chercheurs viennent en effet de publier une nouvelle étude dans laquelle ils rapportent la découverte d’un certain nombre de créatures des grands fonds inconnues jusqu’à présent de la science. Les nouvelles espèces ont été découvertes dans la zone de fracture de Clarion-Clipperton (CCZ), qui couvre quelque 4,5 millions de kilomètres carrés du Pacifique central, à des profondeurs supérieures à 5 kilomètres sous la surface de l’océan.

Les spécimens en question appartiennent à la famille des xénophyophores, un clade de protozoaires géants unicellulaires appartenant à la classe des foraminifères. Les xénophyophores font partie des types les plus courants de grandes formes de vie qu’on trouve le long des plaines abyssales de la CCZ. Ces créatures sont reportées par les scientifiques depuis la fin du 19e siècle, mais jusqu’à présent on ne sait que très peu de choses sur elles principalement à cause des profondeurs extrêmes où elles vivent.

Selon l’écologiste marin Andrew Gooday de la National Oceanography Center au Royaume-Uni, les quatre nouvelles espèces et deux nouveaux genres découverts viennent augmenter le nombre de xénophyophores reportés dans la fracture CCZ à 17, soit 22% du total mondial pour ce groupe.

À lire aussi : Les océans seraient assez courants sur les mondes aliens

Caractéristiques des nouvelles espèces découvertes

Au nombre des nouvelles découvertes se trouve le nouveau genre Abyssalia, du nom de l’abîme dans lequel il se cache. Les chercheurs avaient auparavant découvert deux espèces d’Abyssalia (A. foliformis et A. sphaerica) lors d’une expédition en 2018 dans la CCZ occidentale. Ces xénophyophores ont des coques appelées tests, qui sont constituées de minuscules particules collées ensemble. Abyssalia se caractérise par sa coquille constituée d’un maillage homogène de spicules éponges, sans couche superficielle distincte. En d’autres termes il ressemble à une éponge.

L’autre nouveau genre identifié se nomme Moanammina, d’après le mot « Moana » qui signifie «océan» en maori, hawaïen et dans diverses langues polynésiennes. Moanammina semicircularis se distingue par son test pédonculé en forme d’éventail, tandis qu’une autre nouvelle espèce, Psammina tenuis, qui appartient au genre Psammina, possède un test mince et délicat en forme de plaque.

L’équipe de chercheurs a également découvert ce qu’elle pense être un nouveau xénophyophore de forme sphérique, semblable à une « boule de boue ». Malheureusement elle s’est désintégrée avant qu’ils n’aient eu le temps de faire un examen détaillé pour confirmer son identité.

À lire aussi : Kathy Sullivan, de l’espace aux profondeurs océaniques