On a découvert deux exoplanètes se livrant à un étrange ballet

La communauté scientifique a découvert la première exoplanète en orbite autour d’une étoile de type solaire en 1995. Depuis ce jour, ces planètes ont suscité l’intérêt des chercheurs. Durant des années, ces derniers ont cherché à étudier le mode d’interaction de ces exoplanètes lorsqu’elles orbitent autour d’une même étoile.

Une découverte faite récemment par une équipe internationale dirigée par Guillaume Hébrard de l’Institut d’astrophysique de Paris, devrait permettre de mieux comprendre ce type d’interaction. Grâce au spectroscope à haute résolution Sophie, installé à l’Observatoire de Haute-Provence, en France, ces scientifiques ont pu détecter un système exoplanétaire depuis le sol.

Voici une exoplanète où l’année ne dure que 36 heures, mais avec deux étés et deux hivers par an

Crédits Pixabay

Ce système est composé de deux exoplanètes qui se livrent à un étrange ballet.

Un système exoplanétaire proche de la résonnance

Cette équipe internationale a officialisé la découverte du système exoplanétaire WASP-148 le 2 juillet 2020. Les observations des scientifiques ont permis de détecter la présence de deux planètes, WASP-148b et WASP-148c, en orbite autour d’une même étoile.

WASP-148b aurait la même taille que Saturne et effectuerait le tour de son étoile en 8,8 jours. WASP-148c, quant à elle, aurait la moitié de la masse de Jupiter et une période orbitale de 34,5 jours. D’après les chercheurs, ces éléments laissent penser que ce système extrasolaire serait proche de la résonnance.

À lire aussi : Voici une exoplanète sur laquelle une année ne dure que 36 heures

Des périodes orbitales qui connaissent des variations

Dans le cas du système WASP-148, les interactions gravitationnelles entre les deux exoplanètes provoquent des variations de leur période orbitale, qui peut être sujette à des accélérations ou des décélérations. Les scientifiques appellent cela « variations de chronométrage. »

Grâce à des télescopes placés aux îles Canaries et en France, les chercheurs ont pu enregistrer les variations de chronométrage de WASP-148b et WASP-148c. Par exemple, à certains moments, WASP-148b transitait un quart d’heure plus tard, ou plus tôt, devant son étoile. Cette découverte est précieuse pour les scientifiques. Il s’agit en effet de la première détection depuis le sol de ce genre de phénomène pour un système extrasolaire en résonance.

Les chercheurs prévoient de poursuivre les observations de WASP-148 pour en apprendre plus sur sa structure et son évolution. Cette étude, intitulée « Discovery and characterization of the exoplanets WASP-148b and c. A transiting system with two interacting giant planets », a été publiée dans la revue Astronomy and Astrophysics.

À lire aussi : AU MIC, l’exoplanète qui nous en apprendra plus sur l’histoire de la Terre

Mots-clés exoplanètes