On a découvert près de 100 naines brunes pas très loin du Soleil

Parmi les objets de l’Univers les plus difficiles à observer, il y a ceux qu’on appelle les naines brunes. Ce sont des objets trop gros pour être des planètes, 13 à 80 fois plus massifs que Jupiter, mais pas assez pour enclencher la réaction de fusion de l’hydrogène qui alimente les étoiles et les fait briller. D’après les scientifiques, les naines brunes sont pourtant très nombreuses dans le cosmos. En particulier, il en existe un grand nombre autour du Soleil, comme l’explique une étude qui va prochainement être publiée dans la revue Astrophysical Journal.

Cette nouvelle étude parle principalement de la découverte récente par des scientifiques et des volontaires, connus sous le nom de citoyens scientifiques, de 95 naines brunes potentielles extrêmement froides.

Crédits Pixabay

Ces dernières ont été détectées dans le voisinage substellaire du Soleil. Selon le premier auteur Aaron Meisner, astronome au NOIRLab et co-fondateur du projet Backyard Worlds, la difficulté pour détecter les naines brunes à très basse température signifie qu’on ne peut arriver à capturer les images que de celles qui se trouvent dans les environs du Soleil.

D’après les sources, c’est le projet Backyard Worlds qui a rendu possible la découverte de ces nouvelles naines brunes. Ce projet a recruté un total de 100 000 volontaires pour analyser des images du cosmos à la recherche de ces objets qui ne sont ni des étoiles ni des planètes.

Des objets cosmiques difficiles à détecter

Jusqu’ici, l’équipe composant Backyard Worlds a déjà réussi à repérer près de 1500 objets à peine discernables près de notre étoile. Toutefois, la particularité de cette dernière découverte vient du fait que les objets sont particulièrement froids et sans éclat. Ils ont été localisés dans un rayon de 65 années-lumière et font partie de la catégorie des « naines Y ». Cette catégorie rassemble les corps similaires à des étoiles avec les températures les plus basses. Certains seraient même plus froids que la température moyenne du corps humain.

La raison pour laquelle il est difficile de détecter les naines brunes est que celles-ci n’émettent aucune lumière. Pour les trouver, les scientifiques sont ainsi obligés de se servir d’observatoires spécialisés. Il y a par exemple l’observatoire WISE ou Wide-field Infrared Survey Explorer de la NASA qui peut scanner le ciel à la recherche d’émissions infrarouges. C’est cette lumière qui est principalement émise par les naines brunes.

À lire aussi : Voici l’étoile la plus rapide de la Voie lactée

Les citoyens scientifiques à la rescousse

En ce qui concerne le projet Backyard Worlds, les scientifiques citoyens qui y participent sont formés pour repérer la signature des mouvements des naines brunes dans les images capturées par WISE. Au cours de leurs recherches, Meisner et ses collègues ont rajouté un nouveau filtre au procédé en faisant un suivi de certains des objets les plus froids enregistrés sur les images prises par le télescope Spitzer de la NASA ainsi que par le NIRES ou Near-Infrared Echellette Spectrometer du Keck Observatory.

L’équipe de chercheurs a confirmé que 5 des objets cosmiques détectés auparavant sur des images prises par WISE étaient des naines Y potentielles. De plus, des dizaines de « naines T » ont aussi été détectées par les astronomes. Cette catégorie rassemble des objets un peu plus chauds et plus brillants.

Par rapport à cette dernière découverte, les chercheurs indiquent qu’ils espèrent pouvoir continuer à observer les naines brunes afin d’obtenir plus d’informations les concernant. D’après Meisner, Backyard Worlds va continuer à analyser toutes les nouvelles données pour essayer de découvrir plus de ces objets cosmiques dans les environs du Soleil.

À lire aussi : Mais au fait, combien d’exoplanètes habitables peuvent orbiter autour des étoiles ?

Mots-clés astronomieétoiles