On a découvert un ancien lac sous le Groenland

Le Groenland n’a visiblement pas encore révélé tous ses secrets. Des chercheurs ont effectivement mis au jour un ancien lac situé sous le continent, un lac qui pourrait être vieux de plusieurs centaines de milliers d’années… voire des millions d’années.

Ce n’est pas un secret, le Groenland reste une région difficile d’accès. Immense, entièrement recouvert de glace, la région recèle encore de nombreux secrets tapis dans ses profondeurs.

Crédits Pixabay

L’année dernière, des glaciologues ont ainsi rapporté la découverte d’une cinquantaine de lacs situés sous la calotte glaciaire du Groenland. Mais cette fois, la situation est un peu différente.

Un ancien lac caché sous le Groenland

En effet, ce n’est pas un simple lac de plus qui a été découvert, mais un ancien bassin lacustre dans lequel reposent d’importantes couches de sédiments, des couches s’étendant sur 1,2 kilomètre d’épaisseur et recouvertes ensuite d’une couche de glace de 1,8 kilomètre.

L’information est à prendre avec prudence, mais les chercheurs pensent que la région était très différente lorsque ce lac s’est formé. D’après eux, il était ainsi l’un des plus grands lacs de la région avec une superficie atteignant les 7 100 km2. Histoire de mettre ce chiffre en perspective, il peut être utile de rappeler que Paris s’étend sur seulement 105 km2.

Ce lac aurait donc pu contenir 67 capitales comme la nôtre.

En tout, et toujours en s’appuyant sur les projections des chercheurs, ce lac aurait donc contenu à lui seul 580 kilomètres cubes d’eau tout en étant alimenté par 18 cours d’eau qui ont malheureusement disparu.

A lire aussi : Au Groenland, découverte d’un ancien cratère de 31 km de diamètre

Une capsule temporelle géologique

Reste que le lac est difficile à dater. Les chercheurs savent qu’il est ancien, mais pas à quel point il l’est. En revanche, ils s’accordent au moins sur un point : ce lac, par sa taille et son âge, est une formidable capsule temporelle qui peut nous en apprendre beaucoup sur l’histoire de notre planète. Il suffirait en effet d’analyser ses sédiments pour en apprendre plus sur les jeunes années de la Terre.

Mais voilà, pour le moment, il reste peu accessible. En réalité, les chercheurs ont du utiliser des instruments comme des radars pour cartographier avec précision les lieux et il faudrait percer la croute de glace qui le recouvre pour accéder à ce trésor géologique.

A lire aussi : Le Groenland menacé par une ancienne base nucléaire

Une opération extrêmement compliquée et coûteuse.

En attendant, sachez que leurs conclusions sont accessibles publiquement par le biais de ce lien.