On a découvert un élément radioactif extraterrestre dans la croûte océanique

On en apprend un peu plus chaque jour sur la structure interne de la Terre. Récemment, un groupe de chercheurs de l’Université d’Heidelberg en Allemagne a publié une étude qui suggère que le noyau terrestre contient des particules provenant du Soleil. Aujourd’hui, c’est vers la croûte océanique que nos regards se tournent.

Il y a quelques semaines, des scientifiques de l’Australian National University ont mené des travaux qui ont révélé l’existence d’un élément radioactif extraterrestre dans cette partie du globe. Pour être plus précis, ces chercheurs ont découvert la présence de plutonium-244 dans la croûte océanique. Cette découverte est loin d’être anodine.

Crédits PIxabay

Il s’agit en effet du premier isotope radioactif d’origine extraterrestre à avoir été détecté sur Terre.

Quid de la formation des métaux lourds ?

Les traces de plutonium-244 trouvées dans les profondeurs de l’océan étaient accompagnées de  fer-60. D’après les chercheurs, ces deux isotopes sont la preuve de violents événements cosmiques qui se sont déroulés à proximité de la Terre il y a des millions d’années de cela. Les explosions d’étoiles sont généralement à l’origine des éléments lourds du tableau périodique. On citera notamment le fer, le potassium et l’iode.

Pour former des métaux plus lourds comme l’uranium, l’or ou encore le plutonium, il faut des événements encore plus violents. Les experts pensent notamment à la fusion de deux étoiles à neutrons. Cependant, Anton Wallner, l’auteur principal de cette nouvelle étude, propose une hypothèse plus complexe.

Un élément formé à la suite d’événements récents

« L’histoire est compliquée – ce plutonium-244 a probablement été formé à la suite d’explosions de supernova ou il s’agit peut-être des restes d’un événement plus ancien, mais encore plus spectaculaire comme l’explosion d’une étoile à neutron », a expliqué le professeur Wallner.

Les auteurs de cette étude ont ajouté que les traces de plutonium-244 et de fer-60 ayant existé lorsque la Terre s’est formée à partir de gaz interstellaire et de poussière il y a 4 milliards d’années de cela ont disparu depuis longtemps. Les éléments qui ont été retrouvés dans la croûte océanique ne peuvent donc provenir que de récents évènements cosmiques. La datation des échantillons suggère que deux ou plusieurs explosions de supernovæ ont eu lieu non loin de la Terre.

« Il y a des chances pour que nos données soient les premières preuves que les supernovæ produisent du plutonium-244. Ou peut-être qu’il était déjà dans le milieu interstellaire avant que la supernova ne se déclenche, et il a été poussé à travers le système solaire avec les éjectas de supernova. »