On a découvert un mystérieux métal dans la Mer Morte

Un minéral très rare découvert seulement dans des météorites a été trouvé dans des roches terrestres. Ces dernières sont issues d’une formation sédimentaire proche de la mer Morte.

L’allabogdanite – un phosphure de nickel et de fer – était une espèce minérale inconnue jusqu’au milieu des années 90. Les scientifiques l’ont découvert pour la première fois en 1997 grâce à des fragments d’une petite météorite récupérés dans la rivière Bolchoï Dolguchan, à l’est de Yakoutie . Un échantillon des fragments a révélé plus tard la présence d’une nouvelle structure minérale. Cette dernière se présentait sous forme de fines couches de cristaux répartis dans le mélange de plessite de la météorite. Son appellation est un hommage à la géologue russe Alla Bogdanova, à qui on doit sa découverte.

La Mer morte en photo
Crédits Pixabay

Le minéral très rare a ensuite été retrouvé dans d’autres météorites. Cela suggérait une origine exclusivement extraterrestre. Cependant, une récente découverte laisse supposer des origines également terrestres pour le mystérieux phosphure de nickel et de fer.

La première allabogdanite terrestre

Les roches contenant le minéral très rare proviennent d’une formation sédimentaire appelée Hatrurim. Celle-ci se trouve dans le désert du Néguev en Israël, au sud-ouest de la mer Morte. « La découverte d’allabogdanite dans les roches pyrométamorphiques superficielles de la formation Hatrurim entourant le bassin de la mer Morte en Israël est la première occurrence terrestre d’un minéral qui ne se trouvait auparavant que dans les météorites », explique Sergey Britvin de l’université de Saint-Pétersbourg en Russie. Le géologue et son équipe détaillent leur découverte dans un article publié dans la revue scientifique American Mineralogist.

Les analyses de l’échantillon d’Hatrurim suggèrent que cette allabogdanite terrestre ne se forme que sous une pression extrêmement élevée : plus de 25 gigapascals. Bien que l’allabogdanite de la mer Morte ne provienne pas directement d’un corps céleste, il reste possible que le minéral soit né d’une sorte d’événement impliquant un objet extra-atmosphérique. En effet, l’impact d’une immense météorite est en mesure de produire de telles pressions sur notre planète, suggère le chercheur russe. Par ailleurs, de telles conditions peuvent se produire dans le manteau terrestre à plus de 500 km de profondeur.

La région ne présente aucune preuve de la présence d’un cratère d’impact majeur. En outre, Britvin et son équipe n’ont trouvé aucune preuve suggérant que les roches d’Hatrurim aient un lien quelconque avec le manteau terrestre. Le mystère sur la présence de cette allabogdanite terrestre reste ainsi entier.

A lire aussi : On a découvert une bactérie capable de se nourrir de métal

Trouver d’autres échantillons d’allabogdanite terrestre ailleurs sur notre planète

« Par conséquent, l’origine de l’allabogdanite terrestre dans les roches reste inconnue et s’ajoute au nombre d’énigmes minéralogiques de ce complexe métamorphique inhabituel », conclut le géologue russe.

Néanmoins, localiser d’autres échantillons d’un tel minéral pourrait permettre aux chercheurs de progresser.

La découverte justifie ainsi la poursuite des recherches afin de résoudre le mystère du phosphure de fer et de nickel.