On a découvert une chambre funéraire intacte en Egypte

Il existait une importante industrie funéraire dans l’Égypte ancienne, les archéologues en ont maintenant la preuve.

Une équipe de chercheurs a en effet mis au jour, en juillet 2018, une ancienne «maison funéraire» égyptienne qui était cachée sous la nécropole de Saqqarah. La pièce tentaculaire ainsi que les divers artefacts découverts à l’intérieur montrent que la mort était une entreprise visiblement très prospère à l’époque.

Crédits Pixabay

Une découverte inopinée 

Ramadan Hussein, égyptologue à l’Université de Tübingen en Allemagne, et son équipe ont commencé l’exploration de Saqqarah en 2016.

Saqqarah est une nécropole située sur les rives du Nil, à environ 32 km au sud du Caire. Leurs recherches étaient focalisées sur les tombes datant de 600 av. J.C. Ces tombes, cachées profondément sous terre, sont très souvent négligées par les archéologues en faveur des tombes royales. Pourtant, Ramadan et son équipe ont fait une sacrée découverte alors qu’ils examinaient une zone sondée pour la dernière fois dans les années 1800.

Ils sont en effet tombés inopinément sur un puits creusé dans le substratum rocheux. Les chercheurs avaient le pressentiment que quelque chose attendait en dessous. Le puits était rempli de sable et de débris, mais en dessous il y a avait en effet un impressionnant atelier de momification.

Le business de la mort dans l’ancienne Egypte

Après des mois d’excavation et le retrait de 42 tonnes de remblai, les archéologues ont découvert un puits de 12 mètres sous Saqqarah, conduisant à une grande chambre avec de hauts plafonds. Ils ont également trouvé des canaux peu profonds creusés dans le substratum rocheux, ainsi que des milliers de fragments de poterie, et une zone qui semble être une table.

Les artefacts ont montré que ceux qui géraient cet atelier funéraire proposaient toute une liste d’options pour ceux qui voulaient préparer leur voyage pour l’au-delà. Des coûteux or et argent aux masques funéraires en feuille d’or et en plâtre blanc, en passant par les pots en argile peints à prix abordable pour recueillir les entrailles du défunt, le client pouvait choisir ce qu’il voulait.

La découverte de cette chambre funéraire a fortement chamboulé la communauté archéologique. Grâce à elle, les archéologues vont désormais orienter davantage leurs recherches vers l’industrie funéraire de manière générale dans l’ancienne Egypte, plutôt que de se focaliser uniquement sur les tombes royales.

Mots-clés archéologieégypte