On a découvert une pièce cachée dans le palais de Néron

Il semble que le grand palais tentaculaire construit par l’empereur romain Néron il y a près de 2000 ans cache encore des secrets. Au cours de travaux de restauration en 2019, des archéologues ont en effet découvert par hasard une chambre secrète dans le palais de Néron.

La chambre, une grande salle souterraine, est décorée de peintures murales représentant des créatures réelles et mythiques.

Une statue de Néron (crédits Pixabay)

Une statue de Néron (crédits Pixabay)

La découverte de la salle du Sphinx

Construit après le grand incendie de Rome qui a ravagé la ville au cours de neuf jours en l’an 64, le palais de Néron était un bâtiment opulent composé de 300 chambres qui s’étalaient à travers les collines du Palatin, d’Esquiline, d’Oppian et de Caelian, couvrant plus de 300 acres (1,2 Km2).

Le palais, appelé la Domus Aurea, ou “Maison dorée”, est en cours de restauration actuellement.

C’est en travaillant dans une pièce voisine de la section sur la colline d’Oppian que les archéologues ont trouvé accidentellement une chambre jusque là insoupçonnée. La chambre a été baptisée « salle du Sphinx » d’après la créature dominante de la pièce – un “sphinx silencieux et solitaire” gravé au-dessus de ce qui semble être un Baetylus, un type de pierre sacrée.

La salle du Sphinx est recouverte de peintures murales. Dans des tons rouges et ocre, avec des traces de dorure, on peut voir sur les murs des centaures qui dansent, avec des représentations de la divinité aux pattes de chèvre Pan, certains portant des instruments de musique. Un guerrier armé d’un arc, d’un bouclier et d’une épée combattant une panthère est également représenté, ainsi que des oiseaux et des créatures aquatiques, y compris des hippocampes. L’ensemble est encadré d’éléments végétaux et de figures arabesques.

Les reliques d’un empereur cruel et tyrannique

L’empereur Néron n’était pas très aimé de son vivant, car il était cruel et tyrannique avec ceux qui l’entouraient, et vivait de façon extravagante. Il est mort par suicide assisté en l’an 68, après que son peuple se soit révolté.

Après sa mort, le palais ostentatoire qu’il avait laissé derrière lui était surtout source d’embarras pour ses successeurs.

Une grande partie de la salle nouvellement découverte est remplie de saleté, qui recouvre des parties des murs et sans doute des sections de peinture murale. Mais pour l’heure les archéologues n’envisagent pas de retirer la saleté car cela pourrait déstabiliser l’ensemble du complexe.