On a détecté un nouveau FRB, le plus proche de la Terre

Les chercheurs se penchent depuis des années sur le cas des FRB (Fast Radio Burst), ou sursauts radio rapides. Ce sont des signaux radio extrêmement puissants qui peuvent émettre plus d’énergie que des centaines de millions de Soleils et qui ne durent que quelques millisecondes.

En temps normal, ces signaux proviennent de galaxies situées à des millions d’années-lumière de la Terre. Néanmoins, le 28 avril 2020, des chercheurs ont pu détecter grâce aux télescopes Swift Burst Alert et CHIME (Canadian Hydrogen Intensity Mapping Experiment) un FRB émis à proximité de notre planète.

Crédits Pixabay

Ce signal provenait d’un magnétar, c’est-à-dire une étoile à neutron avec un champ électromagnétique très intense, se trouvant à environ 30 000 années-lumière de la Terre dans la constellation du Petit Renard.

À ne pas louper : Les Galaxy Note 20 sont disponibles en précommande

Un lien tangible entre les FRB et les magnétars

Le magnétar qui a émis ce FRB a été baptisé SGR 1935+2154. Les experts ont expliqué que ce genre d’étoiles était capable d’émettre une quantité importante d’énergie, des années après leur mort.

Malgré les nombreuses recherches sur les FRB, les scientifiques ont toujours été incapables de déterminer clairement leur origine. Néanmoins, selon Sandro Mereghetti, de l’Institut national d’astrophysique, en Italie, la détection de ce nouveau signal émis par SGR 1935+2154 permet d’établir un lien tangible entre les FRB et les magnétars.

« Il s’agit de la toute première connexion d’observation entre les magnétars et les sursauts radio rapides. C’est vraiment une découverte majeure, et cela aide à mettre en lumière l’origine de ces phénomènes mystérieux », a-t-il expliqué.

Un mélange d’ondes radio et de rayons X

En étudiant de près ce magnétar, les chercheurs ont été surpris de constater qu’il émettait un mélange d’ondes radio et de rayons X. Ce serait une première dans le cas d’une étoile à neutron. À en croire Volodymyr Savchenko, astrophysicien à l’Université de Genève, en Suisse, c’est l’imageur IBIS du satellite INTEGRAL qui leur a permis de  « localiser précisément l’origine de l’éclat d’ondes, validant son association avec le magnétar. »

Les chercheurs ont tenu à souligner la particularité de ce FRB.

« Les FRB identifiés jusqu’à présent sont extragalactiques. Ils n’ont jamais été détectés aux rayons X/gamma. Un sursaut de rayons X avec une luminosité comme celle du magnétar SGR 1935+2154 serait indétectable pour une source extragalactique », a noté Sandro Mereghetti.

Cette découverte a fait l’objet d’une publication dans la revue Live Science.

Mots-clés astronomiefrb