On a enfin identifié la substance luisante située sur la face cachée de la Lune

L’année dernière, vers la fin du mois de juillet, le rover chinois Yutu-2 découvrait une substance ressemblant à de la gélatine de couleur verte foncée sur la face cachée de la Lune, au niveau du cratère Von Karman. Récemment, un article a été publié dans le journal Earth and Planetary Science Letters donnant les résultats des analyses effectuées pour savoir de quoi il s’agissait. Et comme l’indique l’article, la substance est loin d’être de la gélatine puisque c’est en fait de la roche qui a fondu et qui s’est ensuite solidifiée.

Lors de la découverte, la description donnée par les scientifiques chinois avait stupéfait la communauté scientifique. C’est en effet peu habituel de voir de la gélatine à la surface de la Lune qui est connue pour être sèche et pleine de poussière. D’après les résultats des analyses, l’on sait maintenant qu’il s’agit de roche fondue probablement formée à cause de la chaleur produite par l’impact d’une météorite.

Crédits Pixabay

Selon les informations, des échantillons prélevés sur la Lune lors des missions Apollo 15 et Apollo 17 contenaient une substance similaire à celle découverte par le rover chinois Yutu-2.

Les résultats de l’analyse

Pour en savoir plus sur la substance mystérieuse, des scientifiques du Chinese Academy of Sciences, menés par Sheng Gou, ont analysé les images prises par le rover Yutu-2, en particulier celles capturées par l’instrument VNIS ou Visible and Near-Infrared Imaging Spectrometer. Ils ont ainsi pu déterminer la composition chimique de la matière luisante en se basant sur la lumière reflétée.

Les résultats indiquent que le régolithe autour de la roche fondue est constitué de 45 % de plagioclase, de 7 % de pyroxène, ainsi que de 6 % d’olivine. Selon les chercheurs, analyser la substance vitreuse a été plus difficile à cause du faible niveau de luminosité. Toutefois, ils ont pu trouver qu’il y avait environ 38 % de plagioclase.

En faisant des comparaisons avec les échantillons lunaires 15466 et 70019 des missions Apollo 15 et  17, les scientifiques ont découvert une similarité. Ces échantillons sont classifiés comme étant des brèches, un type de roche fait de morceaux de roche cimentés entre eux à l’aide d’un matériau plus fin. Dans le cas des échantillons d’Apollo, les morceaux sont constitués de régolithe lunaire et le ciment est fait de verre noir.

À lire aussi : Yutu-2 a commencé à analyser l’étrange substance trouvée sur la Lune

L’origine de la substance

En ce qui concerne l’origine de la substance retrouvée par Yutu-2, les scientifiques expliquent que l’impact a fait fondre une partie du régolithe qui s’est mélangé avec du régolithe normal pour former les brèches. Pourtant, ce phénomène ne s’est pas forcément produit là où la substance a été retrouvée. C’est parce que le régolithe est probablement constitué du mélange de matériaux provenant de deux cratères différents.

Les chercheurs indiquent également que la taille du cratère où la substance a été découverte ne correspond pas à la taille de cette dernière. En effet, le cratère a un diamètre d’environ 2 m, ce qui veut dire qu’un objet de seulement 2 cm aurait pu le créer. Mais 2 cm, c’est bien trop petit pour faire fondre la roche et former des brèches de dimension 52 cm sur 16.

Bien que l’on sache maintenant de quoi est faite la substance vitreuse retrouvée par le rover chinois, on peut dire que l’analyse est quand même assez limitée puisqu’elle n’a pas été faite directement sur des échantillons mais juste à l’aide d’images, et la luminosité était assez faible. Toutefois, il est toujours intéressant d’en savoir plus sur des phénomènes ayant lieu sur d’autres corps célestes.

À lire aussi : Yutu-2 a trouvé une drôle de substance sur la Lune

Mots-clés lune