On a maintenant la preuve que d’anciens primates africains ont fait le voyage jusqu’en Amérique du sud

Une recherche de l’USC (University Of California) publiée dans la revue Science et dirigée par le professeur de sciences anatomiques intégratives cliniques à la Keck School, Erik Seiffert, a permis de faire la découverte de l’Ucayalipithecus perdita.

Faisant approximativement la taille des ouistitis que nous connaissons, l’Ucayalipithecus perdita serait le descendant d’un primate africain, arrivé en Amérique du Sud il y a environ 34 millions d’années.

Crédits Pixabay

Seiffert insiste sur le fait que la découverte des dents fossilisées de cette espèce à Pithikos, une région de l’Amazonie, est vraiment étonnante. En effet, pour avoir parcouru 1 448,41 kilomètres, la conjugaison de nombreux facteurs bien précis a été indispensable.

Découvrir ces fossiles fut tout aussi bien bénéfique qu’improbable

C’est en 2015 que la découverte de deux dents fossilisées d’Ucayalipithecus perdita a été effectuée. Erik Seiffert a alors remarqué la similitude de ces dents avec celles d’une espèce de singe parapithécide d’Égypte, vieille de 32 millions d’années. Pour cette raison, Seiffert a déduit que l’Ucayalipithecus avait des ancêtres africains.

Seiffert ne cache pas son étonnement, que ce soit face à l’improbabilité de cette découverte, ou face au fait que ce voyage, allant de l’Afrique à l’Amérique du Sud, ait pu être effectué par ces primates. Ajoutée à cela, selon Seiffert, la probabilité de trouver ces fossiles sur un site tel que Pithiko fut aussi très faible.

L’extraordinaire périple de l’Ucayalipithecus perdita

Selon les chercheurs, la migration de cette espèce aurait été effectuée durant une période séparant deux époques géologiques, qui n’est autre que la limite Éocène-Oligocène, il y a de cela 34 millions d’années. Durant cette période, le niveau de la mer a baissé et la constitution de la calotte glaciaire de l’Antarctique a débuté.

Selon Erik Seiffert, ces conditions auraient facilité le voyage de ces primates à travers l’océan Antarctique qui ont ainsi été transportés vers un nouveau monde, moyennant des conditions propices à ce voyage.

Des radeaux flottants de végétation auraient probablement servi de moyen de transport pour effectuer cette étonnante traversée, allant de l’Afrique à l’Amérique du Sud. Et d’après les suppositions, cela aurait pu se produire suite à une tempête.

Mots-clés paléontologie