On a peut-être résolu l’affaire de l’impacteur du Chicxulub

Nouveau rebondissement dans l’affaire de l’impacteur de Chicxulub. Il y a quelques jours, nous vous parlions en effet d’une théorie selon laquelle l’objet qui s’est écrasé sur Terre il y a 66 millions d’années serait en fait un débris de comète. Mais récemment, de nouveaux résultats viennent rebattre les cartes.

Cette fois-ci, les dernières trouvailles des chercheurs indiquent que de la poussière d’astéroïde a été trouvée dans le cratère Chicxulub. Une poussière dont la datation concorde avec les relevés relatifs à cet événement catastrophique effectués un peu partout dans le monde.

Photo de Gred Altmann. Crédits Pixabay

L’élément qui a permis de faire le rapprochement entre les données recueillies à l’intérieur et à l’extérieur du cratère est l’Iridium. Pour information, la croute terrestre est pauvre en Iridium, mais pas certains astéroïdes, dont notamment celui qui s’est écrasé il y a 66 millions d’années au Mexique.

Un récapitulatif des découvertes sur ces dernières décennies

Vers les années 80, des chercheurs ont repéré une couche de poussière provenant d’un astéroïde dans la couche géologique de la période où les dinosaures non aviaires se sont éteints. Grâce à cette découverte, les chercheurs ont déduit que la vague d’extinction qui a affecté les dinosaures a résulté de cet évènement, et non d’une série d’éruptions volcaniques.

Vers les années 90, le large cratère de Chicxulub a été découvert sous des dépôts sédimentaires qui se sont accumulés. Et il s’est avéré que le cratère est du même âge que la couche de poussière découverte plus tôt. Une coïncidence ?

Finalement, une mission de collecte d’échantillons a été initiée en 2016 par l’International Ocean Discovery Program sur le grand cratère de Chicxulub. Fait intéressant, l’empreinte chimique de la couche de poussière retrouvée un peu partout dans le monde correspond à celle retrouvée dans le cratère au niveau géologique de l’épisode catastrophique.

C’est devenu une certitude que ce cratère était l’endroit où l’objet en question a percuté la Terre.

L’Iridium, l’élément qui nous manquait pour boucler l’histoire ?

Selon les chercheurs, l’iridium – un élément qu’on retrouve dans beaucoup de types d’astéroïdes, mais beaucoup moins sur Terre – s’est répandu sur une couche géologique partout dans le monde. Et on en a également retrouvé dans le cratère de Chicxulub. Apparemment, avec le temps, les sédiments ont recouvert la zone d’impact, s’étalant en couches, avant d’accueillir les retombées de la poussière de l’astéroïde.

Cette épaisseur de sédiments séparant la couche impactée et la couche de poussière de météore a permis aux scientifiques d’établir que la poussière a flotté dans l’atmosphère pendant une vingtaine d’années avant de finir par se déposer totalement.

Les prélèvements de carottes ont aussi révélé l’absence de souffre dans la roche impactée du cratère, alors que les alentours immédiats de Chicxulub en sont riches. Selon les chercheurs, cette conjonction de facteurs a surement empiré la situation de l’atmosphère à l’époque, ce qui aurait accéléré la disparition des êtres vivants durant les deux décennies précédant l’extinction d’il y a 66 millions d’années.