On a peut-être résolu le mystère des cercles de fée

En Australie, il n’est pas rare de tomber sur des cercles de fée. Ces formations végétales ont longtemps intrigué les scientifiques. Vues d’en haut, elles s’apparentent à des lopins de terre circulaires, entourés de végétation.

Il y a des années de cela, le mathématicien Alan Turing a tenté d’expliquer la formation de ces cercles de fée avec un modèle scientifique. Son hypothèse n’a pu être vérifiée que très récemment grâce à une étude réalisée par des chercheurs dirigés par le Dr Stephan Getzin, de l’université de Gӧttingen.

Crédits Pixabay

En étudiant une zone située dans la ville de Newman en Australie, cette équipe a découvert que les cercles de fée se formaient pour permettre à la végétation de survivre dans des lieux arides.

Des cercles créés par la végétation

De nombreuses hypothèses ont vu le jour pour tenter de déterminer l’origine exacte de ces formations. Dans un premier temps, les chercheurs ont cru qu’elles étaient l’œuvre de termites qui dévoraient la végétation. Par la suite, cette théorie a été écartée au profit d’une autre qui suggérait que les cercles de fée étaient en fait créés par la végétation elle-même.

Pour vérifier cette hypothèse, l’équipe du Dr Getzin s’est rendue à Newman avec des drones pour observer ces formations végétales. Ils ont ensuite étudié le « statut de vitalité » des herbes qui se formaient autour de ces cercles de fée. Leur observation a révélé que celles qui se trouvaient à proximité de ces formations étaient plus vivaces.

Les produits d’une ingénierie de l’écosystème

À l’issue de ces études, les chercheurs ont conclu que les cercles de fée étaient les produits de ce qu’on appelle une « ingénierie de l’écosystème. » La végétation s’organise autour de ces morceaux de terre pour obtenir une source d’eau plus riche. D’après les chercheurs, l’herbe qui pousse loin de ces cercles de fée est moins développée.

« Nous avons constaté que les herbes de forte vitalité étaient associées systématiquement et plus fortement aux cercles de fée que les herbes de faible vitalité », lit-on.

Les plantes qui entourent ces cercles de fée font en sorte d’apporter l’ombre suffisante au sol afin qu’il ne se dessèche pas. D’après cette étude, cette couverture végétale peut réduire la température des sols de 25°C.

« Les herbes sont en train d’aménager activement leur propre environnement en formant des modèles d’espacement symétriques. La végétation bénéficie de l’eau de ruissellement supplémentaire fournie par les grands cercles de fées, et maintient ainsi l’écosystème aride fonctionnel même dans des conditions très difficiles et sèches », a expliqué le Dr Stephan Getzin.