On a peut-être retrouvé le jumeau disparu de la Lune

La Lune nous accompagne depuis un moment maintenant, mais il semblerait que nous ne sachions pas tout de son histoire. Preuve en est, une équipe d’astrochimistes a analysé un astéroïde étrange et ce dernier pourrait être en réalité… le jumeau disparu de notre lune.

La Lune est actuellement le seul satellite naturel de notre belle planète. Enfin le seul satellite permanent, puisqu’il arrive aussi que notre monde capture de temps en temps des astéroïdes.

Crédits Pixabay

Ses origines font débat. D’après la théorie la plus communément admise, une théorie qui n’a cependant pas encore été vérifiée, la Lune se serait formée il y a environ 4,51 milliards d’années, juste après la Terre.

La Lune, des origines brutales

Il y a plus intéressant encore. Les astronomes pensent en effet que notre satellite s’est formé suite à une violente collision entre la Terre et un autre monde de la taille de Mars. Un monde désigné sous le nom de Théia.

Des origines assez mystérieuses, donc, et qui pourraient être éclairées sous un nouveau jour grâce aux découvertes faites par les astronomes de l’observatoire et planétarium d’Armagh en Irlande du Nord.

En s’appuyant sur le spectrographe installé sur le Very Large Telescope de l’Observatoire européen austral au Chili, l’équipe a en effet pu observer un astéroïde un peu particulier du nom de (101429) 1998 VF31. Un astéroïde faisant partie des troyens de Mars et donc d’un groupe d’astéroïdes qui partagent l’orbite de la planète rouge aux alentours des points de Lagrange L4 et L5.

Pourquoi cet astéroïde justement ? Tout simplement parce qu’il a toujours été différent de ses camarades. Il est d’ailleurs important de noter que tous les astéroïdes troyens de Mars font partie de la famille Eureka… à l’exception de (101429) 1998 VF31.

A lire aussi : Voilà la machine qui ira forer de la glace sur la Lune

(101429) 1998 VF31, un astéroïde pas comme les autres

Un corps différent des autres, donc, et c’est bien entendu ce qui a poussé l’équipe de l’observatoire et planétarium d’Armagh à se pencher sur son cas et à collecter de nouvelles données à son sujet.

En s’appuyant sur la manière dont la lumière du Soleil se reflète sur le corps, les chercheurs ont ainsi confirmé qu’il n’offrait pas de correspondance spectrale avec le reste des corps de la famille Eureka.

Mais il y a plus. En comparant ces données avec d’autres corps, l’équipe a trouvé une correspondance avec un autre corps. Un corps qui n’a absolument rien à voir avec les astéroïdes troyens de Mars : notre Lune.

La prudence est naturellement de mise, mais les chercheurs pensent que (101429) 1998 VF31 pourrait être, en réalité, un morceau de notre Lune.

A lire aussi : La NASA a trouvé de l’eau sur la Lune

Un morceau de Lune… ou autre chose

A l’époque où notre planète et son satellite se sont formés, le système solaire était très différent. Il était en effet beaucoup moins organisé et d’innombrables débris flottaient ainsi un peu partout.

Dans ce contexte, il est parfaitement plausible qu’un astéroïde se sont violemment abattu sur la Lune et ait projeté une partie de notre satellite dans l’espace en direction de la planète rouge.

Ils en appellent cependant à la prudence. Ils précisent en effet dans leur étude que cette théorie ne peut être prouvée pour le moment. En réalité, d’après eux, d’autres explications sont plausibles. (101429) 1998 VF31 pourrait ainsi être un morceau de Mars, ou un astéroïde quelconque qui, pour une raison ou une autre, aurait fini par ressembler à la Lune.

A lire aussi : Nokia va déployer de la 4G sur la Lune

L’étude est consultable à cet adresse.

Mots-clés lune