On a peut-être trouvé le coléoptère le plus résistant de tout le règne animal

Incroyable, mais vrai, le Nosoderma diabolicum, un petit coléoptère noir également appelé « scarabée cuirassé diabolique » dispose d’une exceptionnelle capacité de survie qui fait qu’il peut sortir indemne, même après avoir été écrasé par une voiture.

Comme les autres insectes appartenant à l’ordre des coléoptères, ce scarabée est doté d’élytres rigides. Par contre, il est démuni d’ailes donc ne peut pas voler. Mais au lieu de protéger les ailes comme ce sera le cas pour les coléoptères volants, chez le N.diabolicum, les élytres vont servir à répartir les forces appliquées sur tout le corps de l’animal, moyennant un ingénieux mécanisme de défense appelé délamination.

Crédits Pixabay

S’inspirant du mécanisme particulier des élytres du N. diabolicum, les chercheurs ont d’ailleurs récemment conçu de nouveaux matériaux qui s’avèrent être plus résistants en matière d’ingénierie et en robotique.

Le secret du Nosoderma diabolicum réside dans ses élytres

Pour mieux comprendre le fonctionnement du système, les chercheurs se sont appuyés sur des techniques d’imagerie avancées. Et ils ont pu observer que les deux élytres se rencontrent en une ligne de suture en forme de dents de scie.

Mais encore, ces élytres sont constitués de lames interconnectées qui, lorsqu’on exerce une charge de compression sur l’insecte, se ferment à la manière d’un puzzle au niveau de la ligne de suture. Ces lames vont alors se déformer en lamelles afin d’atténuer la force subie par l’exosquelette de la petite bête. C’est ce qu’on appelle la délamination.

De cette façon, le Nosoderma diabolicum est capable de résister à une charge 39 000 fois plus importante que sa masse, soit environ 150 Newtons.  À titre informatif, la force exercée par le pneu d’une voiture est environ de 100 Newtons.

Une source d’inspiration pour les chercheurs

Dans un récent article publié dans le journal Nature, le professeur Pablo Zavattieri et ses collègues dévoilent donc leur source d’inspiration pour de la création d’un nouveau matériau à la fois rigide et ductile, capable de mieux résister à différentes contraintes mécaniques et à la corrosion.

Lors de cette étude, les chercheurs ont tout d’abord testé la robustesse et la résistance du coléoptère. Par la suite, ils ont réalisé de nombreuses simulations informatiques et ont créé une structure en fibre de carbone qui fonctionnerait de la même manière que ce qui se passe chez le scarabée.

Et grâce à l’observation de ce coléoptère très résistant, les chercheurs sont parvenus à inventer un matériau à la fois solide et résistant. Comme quoi, la nature a toujours quelque chose à nous enseigner.