On a peut être trouvé une exoplanète habitable autour d’Alpha Centauri A

La recherche d’éxoplanètes susceptibles de supporter la vie continue pour les astronomes, et une étude publiée récemment pourrait suggérer qu’on n’aura peut-être pas à aller très loin pour trouver une autre planète habitable en dehors de la Terre. En effet, une planète nouvellement découverte se trouverait dans la zone habitable de l’étoile Alpha Centauri A, l’une des trois étoiles constituant le système Alpha Centauri qui se trouve à environ 4,37 années-lumière de la Terre.

Une première découverte avait déjà été faite au niveau de ce système d’étoiles en 2016. Les astronomes avaient alors découvert l’existence d’une planète avec à peu près la même taille que la Terre autour de l’étoile Proxima Centauri. Cette exoplanète, baptisée Proxima b, se trouve dans la zone habitable de son étoile, c’est-à-dire là où l’eau pourrait se trouver à l’état liquide à la surface.

Crédits Pixabay

Bien que la découverte de Proxima b soit très importante dans la recherche d’exoplanètes habitables, des doutes subsistent encore concernant cette planète. Son étoile-hôte est en effet une naine rouge, une variété d’étoile petite et peu lumineuse. La zone habitable est ainsi très proche de l’astre, ce qui fait qu’une planète s’y trouvant pourrait constamment tourner la même face vers l’étoile. Ce peut diminuer ses chances d’habitabilité. De plus, les naines rouges sont aussi connues  pour produire fréquemment des éruptions, risquant d’arracher l’atmosphère de ses planètes.

L’étude d’Alpha Centauri A et B

Les deux autres étoiles constituant le système Alpha Centauri à part Proxima Centauri sont Alpha Centauri A et B. Ces dernières sont similaires à notre Soleil, et l’étude récemment publiée a permis de montrer qu’Alpha Centauri A avait également sa zone habitable. L’article présente les résultats obtenus par le projet NEAR ou Near Earths in the Alpha Cen Region. Il s’agit d’un projet de 3 millions de dollars mené par l’ESO ou European Southern Observatory, et le Breakthrough Watch. Son but est de découvrir des exoplanètes potentiellement similaires à la Terre autour des étoiles voisines du Soleil.

Ainsi, le projet NEAR a utilisé le VLT ou Very Large Telescope qui se trouve au Chili pour étudier les zones habitables des étoiles Alpha Centauri A et B. C’est à partir de l’analyse des données recueillies pendant une durée de 100 heures au cours des mois de mai et juin 2019 que les scientifiques ont détecté une empreinte thermique dans la zone habitable d’Alpha Centauri A.

A lire aussi : Quand des lycéens découvrent quatre nouvelles exoplanètes

Un résultat inattendu

Selon les chercheurs, le signal qu’ils ont détecté correspond potentiellement à une planète ayant environ la même taille que Neptune et qui orbite son étoile à une distance comprise entre 1 et 2 Unités Astronomiques (UA), une UA équivalant à 150 millions de kilomètres. L’existence de la planète reste encore toutefois à confirmer.

D’après Kevin Wagner, chercheur participant au Hubble Fellowship Program de la NASA à l’Université de l’Arizona et auteur principal de l’étude, ils ont été surpris de trouver un signal dans les données. Il a ajouté que comme la détection répond à tous les critères relatifs à une planète, les explications alternatives peuvent être éliminées.

A lire aussi : La NASA a trouvé une exoplanète qui possède trois étoiles

En ce qui concerne les vérifications, Wagner explique qu’il faudra du temps et la participation d’une plus large communauté de scientifiques. De son côté, le co-auteur Pete Klupar espère que cette découverte va encourager les astronomes à se pencher sur le cas du système Alpha Centauri. Attendons ainsi de voir si les scientifiques réussiront éventuellement à prouver que cette planète existe réellement dans la zone habitable d’Alpha Centauri A.