On a résolu le mystère des coulées de lave sur Mars

Mars est censée être la prochaine destination de notre espèce. Mais avant de pouvoir fouler le sol de la planète rouge et de construire notre colonie à sa surface – ou dans ses entrailles – il faut commencer par l’étudier.

Les études scientifiques à l’attention de la planète se sont considérablement multipliées ces dernières années et la dernière en date nous permet de faire toute la lumière sur les coulées de lave martienne.

Un relief de Mars

Sirenum Fossae, Mars – crédits NASA

Des coulées qui n’auraient finalement rien à voir avec la lave…

Mars, une planète aux nombreux mystères

Mars se trouve donc en bonne place sur la liste des priorités de nos agences spatiales et c’est bien entendu la raison pour laquelle ces dernières ont expédié plusieurs sondes et plusieurs rovers sur place.

Ces appareils nous ont permis d’obtenir des cartes très détaillées de la planète et de ses différents reliefs.

Or justement, grâce à ces cartes, les chercheurs ont réalisé qu’il existait à la surface de Mars des dizaines de milliers de canaux s’étendant parfois sur des centaines de kilomètres de long, et atteignant pour la plupart des dizaines de kilomètres de large.

Ces reliefs ont fait couler beaucoup d’encre et ils ont donné lieu à de nombreuses théories fascinantes sur la planète et son histoire.

De reliefs insolites à l’origine incertaine

Pour beaucoup, ces canaux sont ainsi le résultat d’inondations massives survenues dans les jeunes années de Mars, et alors que la planète rouge était un peu plus hospitalière.

L’Institut de Géophysique de l’Académie tchèque des sciences, l’Université de Lancaster, l’Open University, le Laboratoire Rutherford Appleton, le DLR, l’Université de Munster, le CEED et le CNRS ont justement mené une nouvelle étude sur ces étranges reliefs.

Pour mieux les comprendre, les chercheurs ont fait appel à des simulations et ils ont ainsi recréé artificiellement les conditions martiennes dans une chambre à vide pour simuler la libération de boue sur la planète rouge :

« Nous avons effectué des expériences dans une chambre à vide pour simuler la libération de boue sur Mars. Ceci est intéressant parce que nous voyons de nombreuses caractéristiques de type flux sur Mars dans les images des vaisseaux spatiaux , mais ils n’ont encore été visités par aucun des véhicules itinérants à la surface et il y a une certaine ambiguïté quant à savoir s’il s’agit de coulées de lave ou de boue. »

Des formations nées de coulées de boue ?

La tâche était ardue, mais elle a porté ses fruits. Lors de leurs simulations, les chercheurs ont en effet constaté que la boue coulant librement à la surface d’une planète présentant les mêmes conditions que sur Mars se comportait différemment de la Terre. Les températures moyennes à la surface martienne oscillent en effet autour des -20°C et cela provoque le gel rapide de tous les liquides et l’apparition d’une croûte glacée.

Très concrètement, en reproduisant les conditions martiennes, les chercheurs ont obtenu exactement les mêmes reliefs et ils pensent donc que ces canaux n’ont pas été formés par de la lave résultant d’une activité volcanique, mais par des coulées de boue.

Plus intéressant encore, d’après leur étude, Mars ne serait pas la seule à réunir de telles conditions et des formations similaires seraient présentes sur les corps glacés situés à l’intérieur et à l’extérieur du système solaire.

Si le sujet vous intéresse et que vous souhaitez l’approfondir, l’étude complète se trouve à cette adresse.

Mots-clés mars