On a retrouvé les restes bien conservés d’un mammouth

Des restes d’un ancien mammouth ont été découverts par un jeune Russe nommé Konstantin Tadibe. Les fossiles ont été incroyablement préservés dans un lac gelé de la péninsule de Yamal, dans le nord de la Sibérie, pendant des milliers d’années. L’intérêt scientifique de cette trouvaille est inestimable, car il s’agit d’une occasion unique d’en savoir plus sur ces géants du Pléistocène.

Selon les chercheurs à qui l’on a confié l’étude, il s’agit d’un mâle âgé de 15 à 20 ans. Il aurait vécu à cet endroit, il y a environ 30 000 ans.

Le profil d'un mammouth plongé dans l'ombre

Photo de April Pethybridge – Unsplash

À ne pas louper : Les Galaxy Note 20 sont disponibles en précommande

Au moment de la découverte, les os ne se trouvaient pas dans l’ordre anatomique. Les chercheurs ont dû jouer au puzzle avec un squelette d’environ 2m de haut et de 3m de large. Notons qu’il s’agit du troisième mammouth laineux retrouvé à cet endroit.

Il a fallu cinq jours de travail sans relâche pour récupérer quatre-vingt-dix pour cent du squelette. Yakov, le frère du découvreur, et Alexander Tadibe, le père, ont été particulièrement remerciés pour leur contribution pendant les opérations sur le terrain.

La fonte des glaces fait apparaître les squelettes de mammouth à Yamal

D’après ce qu’a rapporté Evgenia Khozyainova, du musée Shemanovsky de Salekhard, l’ensemble de la découverte comprend un pied avant et un pied arrière bien préservés, des tendons, des tissus mous, des morceaux de peau et même des excréments. L’équipe qui a fouillé les lieux a également trouvé, entre autres, un sacrum avec des vertèbres adjacentes et une queue maintenue avec des tendons sur les lieux.

La découverte d’os de mammouths laineux devient de plus en plus courante dans la région de Yamal. C’est notamment à cause du réchauffement climatique qui fait fondre lentement les glaces dans l’Arctique. Toutefois, force est de reconnaître que le fait de découvrir des tissus encore mous est une opportunité tout à fait exceptionnelle.

Les archéologues ont réussi à rassembler la quasi-totalité du squelette

« Les os se trouvaient dans un ordre si chaotique qu’il était impossible de deviner où ils doivent être placés », a raconté Andrey Gusev, du Centre de recherche arctique. Elle a souligné que la façon dont ils ont été préservés est unique. Le fait est que la partie arrière de la colonne vertébrale était encore reliée par des restes de tendons et de peaux.

Malgré l’état du squelette, les archéologues russes ont réussi à le rassembler. De nombreux organes ont été récupérés et l’animal est presque totalement reconstitué. Si l’on en croit les rumeurs, le mammouth portera le nom de la famille qui l’a découvert, soit Tadibe.