On a réussi à photographier un système stellaire distant

Les scientifiques doivent être reconnaissants du travail fourni par le SPHERE (Spectro-Polarimetric High-Contraste Exoplanet Research), installé sur le Very Large Telescope (VLT), de l’European Southern Observatory (ESO).

En effet, grâce à cet instrument, ils ont pu obtenir une photographie d’une étoile qui ressemble au Soleil, et autour de laquelle gravitent deux planètes.

Crédits Pixabay

C’est un véritable accomplissement pour les scientifiques, car il s’agit de la première image d’un système stellaire, qui comporte plusieurs planètes, capturée grâce à des méthodes de détection directe.

« Notre équipe a été en mesure d’acquérir le tout premier cliché de deux géantes gazeuses en orbite autour d’une étoile jeune semblable à notre Soleil » a indiqué Maddalena Reggiani, post-doctorante à la KU Leuven en Belgique.

D’après les chercheurs, ce système stellaire serait relativement jeune et est situé à environ 300 années-lumière de notre planète.

Un système planétaire d’une dizaine de millions d’années

L’étoile de ce nouveau système planétaire, qui se trouve dans la constellation australe de la Mouche, est baptisée TYC 8998-760-1. Comparé à notre système solaire qui est âgé de 4,6 milliards d’années, ce nouveau système est plutôt jeune. En effet, il n’est âgé que de 17 millions d’années.

Pour les scientifiques, l’image capturée par le SPHERE est extrêmement précieuse.

« Les astronomes ont détecté, de manière indirecte, la présence de milliers de planètes dans notre galaxie. Seule une fraction de ces exoplanètes a toutefois fait l’objet d’une imagerie directe » a expliqué Matthew Kenworthy, professeur associé à l’Université de Leiden et coauteur de l’étude.

Mieux comprendre les systèmes multiplanétaires

Pour obtenir une photo de ce système stellaire, le SPHERE a utilisé ses coronographes pour bloquer l’excès de lumières, émis par l’étoile, qui aurait pu cacher les deux exoplanètes. Il est à noter que cet instrument est doté d’un système d’optique adaptative tellement sophistiqué qu’il peut corriger « plusieurs centaines de fois par seconde, et à une échelle nanométrique, les effets de la turbulence atmosphérique. »

Les deux planètes de ce système stellaire se trouvent relativement loin de leur étoile hôte. Elles sont situées à environ 320 UA et 160 UA de leur étoile. Pour rappel, 1UA est l’équivalent d’environ 150 millions de km.

L’image capturée par le SPHERE n’est qu’un début. D’après Alexander Bohn, l’utilisation d’un nouvel instrument comme l’Extremely Large Telescope (ELT) devrait permettre de « détecter la présence de planètes en masse encore plus faible autour de cette même étoile. » Cela contribuera à une « meilleure compréhension des systèmes multiplanétaires, avec de potentielles implications sur l’histoire de notre propre système solaire. »

Crédits : ESO / Bohn et al

Mots-clés astronomieinsolite