On a trouvé un drôle d’objet cosmique qui a été avalé par un trou noir

Un trou noir qui se trouve à 800 millions d’années-lumière de la Terre a ingurgité un mystérieux objet cosmique. L’existence du corps non identifié a été révélée par les ondes gravitationnelles, car la fusion cosmique a libéré une énergie capable de plisser la toile de l’espace-temps.

Les rides ont traversé l’univers et ont fini par s’abattre sur la Terre le 14 août 2019. Trois détecteurs ont pu mesurer les perturbations.

Une photo de notre galaxie

Photo de Jeremy Thomas – Unsplash

La collision, appelée GW190814, est différente des autres fusions cosmiques déjà répertoriées. Sa découverte a remis en question l’idée que les étoiles massives meurent dans des explosions extrêmes.  Les informations inscrites dans les ondes gravitationnelles ont constitué une énigme. Les scientifiques ont eu du mal à identifier la véritable nature des objets impliqués.

D’après les chercheurs, les deux objets se rapprochaient en spirale, pendant des milliards d’années, jusqu’à ce qu’ils entrent finalement en collision. L’observation a été réalisée par l’interférométrie laser LIGO à Washington et Virgo en Italie.

Un objet étrange qui remet en question les modèles ayant été établis

La masse du trou noir est estimée à vingt-trois fois celle du soleil, tandis que celle de l’objet englouti serait de 2,6 fois la masse solaire. Cette propriété situe le corps entre les étoiles à neutrons les plus lourdes et les trous noirs les plus légers. Il défie ainsi les modèles établis jusqu’ici.

« Nous n’avons jamais vu quelque chose de semblable, auparavant. Si c’est une étoile à neutrons, la masse est exceptionnelle. Si c’est un trou noir, il est vraiment inattendu. Quoi qu’il en soit, il a perché nos antennes au moment où nous l’avons vu », a publié Vicky Kalogera de l’Université Northwestern, qui a coordonné le rapport sur la fusion.

À présent, les scientifiques tentent de démêler des questions sur l’acheminement des étoiles à neutrons et l’origine des trous noirs. Ils travaillent d’arrache-pied pour identifier l’étrange objet observé à travers GW190814. Ce signal d’onde gravitationnelle pourrait révéler le comportement de la matière dans les conditions les plus extrêmes de l’univers.

À lire aussi : On a découvert une drôle de source d’ondes gravitationnelles

Les ondes gravitationnelles déforment l’espace-temps

« La nature impose une limite à la densité de la matière stable, mais nous ne savons pas ce qu’il advient de la matière dans cet endroit », a noté Zaven Arzoumanian, responsable scientifique de NICER, une étude sur les étoiles à neutrons depuis l’ISS.

Les ondes gravitationnelles se déplacent à la vitesse de la lumière et balayent tout sur leur passage. Elles déforment l’espace-temps très discrètement qu’elles sont difficiles à détecter. Les scientifiques ont alors mesuré le temps que met la lumière pour voyager. Toute modification de la durée normale serait le résultat de la contraction de l’espace-temps.

À lire aussi : Des chercheurs ont enfin réussi à observer des ondes gravitationnelles

Mots-clés astronomietrou noir