On connaît la taille du noyau de Mars

Le 26 novembre 2018, l’atterrisseur InSight s’est posé sur la surface martienne. L’instrument de la NASA est équipé d’un sismomètre appelé Seis qui a pu mesurer plus de 500 séismes depuis qu’il a débarqué sur la planète rouge. Notons que mesurer les ondes sismiques permet aux chercheurs de déterminer des données importantes liées à la formation et à l’évolution des planètes telluriques, comme celles du système solaire.

Après avoir analysé les données obtenues grâce à Seis, les scientifiques ont déduit que le rayon du noyau de Mars mesure entre 1.810 à 1.860 km. C’est l’équivalent de la moitié du rayon de la planète rouge elle-même, et du noyau de la Terre. Les informations obtenues jusqu’ici ont également permis de constater que le noyau martien semble être plus gros que prévu, et constitué de matières liquides.

Crédits Pixabay

Les résultats de l’étude ont été publiés dans la revue Nature. La recherche a été menée par Philippe Lognonné, géophysicien à l’Institut de Physique du Globe de Paris, qui se trouve à la tête de l’équipe responsable de Seis.

Une cinquantaine de séismes de magnitude 2 à 4

Une cinquantaine parmi les 500 ondes sismiques détectées par l’équipe de Seis étaient de magnitude 2 à 4. Cette intensité est suffisante pour mesurer les couches qui constituent la planète rouge.

Se basant sur la forme des ondes sismiques enregistrées par Seis, les scientifiques pensent qu’elles rebondissaient sur la frontière entre le manteau et le noyau de Mars. Elles sont parvenues jusqu’au noyau environ 500 secondes après les premiers tremblements en surface.

Cette méthode, qui consiste à mesurer les couches constituantes d’une planète à partir des ondes sismiques, a été établie par John Milne en 1883. Son efficacité a été confirmée par Ernst von Rebeur-Paschwitz en 1889.

Un noyau entièrement fondu ?

Par ailleurs, les analyses ont également permis de déterminer que le noyau martien semble être plus gros et moins dense que prévu. Si c’est bien le cas, le centre de la planète rouge est fort probablement composé de matériaux légers comme l’oxygène, le fer et le soufre.

Ce modèle est d’ailleurs conforme aux résultats d’une autre étude réalisée sur le même sujet.  

« Nous pouvons rechercher des signes d’un possible noyau interne solide, même si c’est peu probable qu’il y en ait un. »

Simon Stähler, sismologue à l’École polytechnique fédérale de Zurich (Suisse)

En effet, jusqu’ici, toutes les informations obtenues par l’équipe d’InSight mènent à penser que le noyau de Mars est entièrement fondu.

Les chercheurs ont également noté que le manteau martien, qui s’étend jusqu’à environ 700 à 800 km sous la surface, contient une zone de matériau épaissi. Dans cette région, l’énergie sismique se déplace plus lentement.

Mots-clés mars