On en sait plus sur la sexualité des dinosaures grâce à ce fossile

Grâce à un fossile retrouvé en Chine, des experts pensent avoir résolu une partie des mystères entourant la sexualité des dinosaures. Effectivement, le reste vieux d’environ 100 millions d’années comporte un anus en parfait état.

Un fossile de Psittacosaurus extrêmement bien conservé, un dinosaure cératopsien ayant vécu il y a 126 à 101 millions d’années dans ce qui est aujourd’hui l’Asie, avait été découvert en Chine il y a plusieurs décennies. Jakob Vinther, paléontologue et maître de conférences à la School of Earth Sciences de l’Université de Bristol, a commencé à l’étudier en 2016. Au début, il voulait reconstruire la teinte de l’animal, mais alors que son travail était sur le point de s’achever, Vinther a été surpris de voir que l’anus du dinosaure était en parfait état. Mieux connu sous le nom de cloaque, cet orifice est présent sur presque tous les oiseaux et les reptiles.

Crédits Pixabay

Il sert à la fois pour uriner, déféquer et s’accoupler. Bref, il s’agit d’un trou polyvalent.

Un cloaque un peu particulier

En plus de confirmer que les dinosaures avaient aussi un cloaque, cette découverte devrait permettre de mieux comprendre le fonctionnement des organes génitaux de ces reptiles exterminés il y a environ 66 millions d’années. Par exemple, les scientifiques savent désormais que le cloaque des dinosaures était différent de celui de n’importe quel animal de notre époque.

« La plupart des cloaques forment une sorte de fente. Parfois c’est un orifice vertical. Certains arborent la forme d’un visage souriant, alors que d’autres font penser à un visage aigre », a expliqué Jakob Vinther, rapporté par Allthatsinteresting.com. Pour les chercheurs, celui du dinosaure est « très unique ». « Cette chose a une structure en forme de V avec une paire de belles lèvres évasées et il n’y a pas un seul groupe d’animaux vivants qui ait une morphologie pareille », a ajouté le paléontologue de l’Université de Bristol.

D’autres découvertes et de multiples hypothèses

Outre la forme de l’orifice, les scientifiques se sont rendu compte que l’anus du Psittacosaurus était flanqué de lobes pigmentés comparables à celles que l’on trouve chez les crocodiles. Il est possible que l’extérieur de celui-ci ait agi comme une sorte de leurre sexuel, un peu comme chez les babouins et certaines espèces de salamandre d’aujourd’hui.

Par ailleurs, alors les paléontologues pensent depuis longtemps que les dinosaures s’accouplaient comme les oiseaux par « baisers cloacaux », c’est-à-dire en pressant leurs ouvertures cloacales ensemble, Jakob Vinther et son équipe avancent maintenant le contraire. « D’après ce que nous pouvons voir, ce cloaque n’aurait pas été adapté pour un baiser cloacal (…) On dirait que ça aurait été du sexe avec pénétration. »