On en sait un peu plus sur la manière dont ont été fabriqués les manuscrits de la mer Morte

Entre 1947 et 1946, un ensemble de parchemins et de fragments de papyrus a été retrouvé près du site de Qumrân, en Cisjordanie. Ces documents anciens sont connus sous le nom de « manuscrits de la mer Morte ». Bien qu’ils datent de plus de 2000 ans, une partie est encore dans un bon état de conservation. Les textes ont essentiellement été rédigés sur des peaux de bête préalablement traitées.

L’un des manuscrits de la mer Morte intéresse particulièrement les chercheurs. Il s’agit du Parchemin du Temple. C’est l’un des plus grands et des plus conservés des documents.

Crédits Pixabay

C’est aussi le plus mince d’entre eux. Avec une épaisseur de seulement un dixième de millimètre, il se déroule sur huit mètres.

Dans une récente étude, des chercheurs ont démontré que le Parchemin du Temple a été conçu à partir d’une technique complexe datant de l’Antiquité, et qui n’a jamais été identifiée auparavant. Les résultats de la recherche ont été publiés dans Science Advances.

Les mots ont été écrits sur la surface interne de la peau

À l’époque, l’aspect des parchemins variait selon leur région de provenance. Ceux qui provenaient de l’est de la mer Morte étaient de nuances de brun, car ils étaient tannés. Ceux qui venaient de l’ouest ne l’étaient pas.

Néanmoins, la technique utilisée était généralement la même. Les peaux d’animaux étaient d’abord nettoyées et débarrassées de tout poil et de graisse. Elles étaient ensuite étirées et séchées, et parfois frottées avec du sel. L’encre était posée sur la surface externe de la peau, où il y avait les poils.

Le Parchemin du Temple est différent de ceux des deux catégories précitées. Le rouleau est plus résilient et plus brillant. La surface d’écriture est plus claire. Le texte a été rédigé sur la surface interne de la peau, c’est-à-dire du côté de la chair. Par ailleurs, l’encre semble ne pas être directement posée sur la peau, mais sur une couche intermédiaire.

Une couche inorganique comme surface d’écriture

Après avoir analysé la composition chimique du parchemin, les scientifiques ont déduit qu’il s’agit d’un enduit spécial mélangé à divers sels. Cette couche inorganique est essentiellement composée de soufre, de sodium et de calcium. Curieusement, les concentrations varient sur divers endroits de la surface.

« Le [Parchemin du Temple] peut donc être classé comme un parchemin occidental qui a été modifié par l’ajout d’une couche inorganique comme surface d’écriture », a écrit l’équipe dans sa conclusion.

« Cette étude a des implications d’une grande portée au-delà des manuscrits de la mer Morte », a déclaré Ira Rabin, un expert en chimie de l’Université de Hambourg, en Allemagne. « Par exemple, cela montre qu’à l’aube de la fabrication du parchemin au Moyen-Orient, plusieurs techniques étaient utilisées, ce qui contraste fortement avec la technique unique utilisée au Moyen Âge. »

Mots-clés histoire