On en sait un peu plus sur le Lunar Gateway, la station spatiale qui nous permettra d’explorer notre système

La NASA projette de ramener des astronautes américains sur la surface lunaire dans les années à venir. Pour concrétiser ce projet, l’agence spatiale américaine a lancé le programme Artemis. À la différence des missions Apollo, la NASA vise désormais une installation durable sur la Lune. Pour ce faire, elle prévoit de créer une infrastructure qui pourra accueillir les astronautes américains sur le satellite naturel de la Terre.

L’agence spatiale américaine a donc pensé au Lunar Gateway. Il s’agit d’une passerelle lunaire qui permettra aux astronautes d’effectuer des allers-retours sur la surface de la Lune. La NASA mettra en place cette station en orbite lunaire. En février 2021, on apprenait qu’elle avait choisi SpaceX pour effectuer le lancement des deux premiers modules du Lunar Gateway, à savoir le Power Propulsion Element (PPE) et l’Habitation and Logistics Outpost (HALO).

Crédits Pixabay

Aujourd’hui, on apprend que la NASA a récemment mené des tests sur le système de propulsion du PPE.

Focus sur le PPE du Lunar Gateway

Le PPE est un module très important pour le Lunar Gateway. La station spatiale lunaire aura en effet besoin de lui pour obtenir une communication à haut débit ainsi qu’un contrôle d’attitude et de capacités de transfert orbital. Ce module à propulsion électrique solaire a une puissance de 60 kW.

Son système de propulsion fonctionne grâce à des moteurs ioniques. Cela signifie qu’il utilise les champs électromagnétiques pour accélérer les gaz ionisés et générer ensuite une poussée. La société Maxar Technologies s’est chargée de la construction de ce module avec un budget de 375 millions de dollars.

Un système de propulsion d’une grande puissance

D’après le site Universe Today, le système de propulsion du PPE est à 30% plus puissant que n’importe quel autre système conçu par Maxar Technologies. Robert Curbeam, le vice-président senior de Space Capture, au sein de Maxar Technologies, a indiqué qu’une grande partie de cette puissance provient du propulseur électrique de la compagnie Busek Co.

« Les propulseurs électriques BHT-6000 de Busek offrent des capacités de haute puissance à un prix compétitif et conviennent parfaitement à nos programmes spatiaux. Le système de propulsion électrique solaire que nous développons pour le PPE est un parfait exemple de cette technologie commerciale innovante. »

La NASA envisage de lancer le PPE et le HALO en mai 2024. Elle compte sur le Falcon Heavy de SpaceX pour accomplir cette mission.