On en sait un peu plus sur le Point Nemo, l’endroit le plus éloigné du Pacifique

Le Point Nemo, situé au cœur de l’océan Pacifique, est l’endroit le plus éloigné de toute terre émergée. Il est également appelé le « pôle maritime d’inaccessibilité ». Par ailleurs, cette zone occupe 10 % de la surface de l’océan, et est célèbre pour être un cimetière de navettes spatiales et de satellites.

Ce désert biologique fait partie des cinq grands systèmes de courants océaniques terrestres et il semblerait qu’il n’ait pas encore révélé tous ses secrets.

Crédits Pixabay

« À notre grande surprise, nous avons trouvé un tiers de cellules en moins dans les Pacifique Sud par rapport aux gyres océaniques de l’Atlantique. C’était le plus petit nombre de cellules jamais mesuré dans les surfaces océaniques », a déclaré Bernhard Fuchs, un écologiste microbien, en juillet 2019.

L’expédition a duré six semaines à bord d’un navire allemand, de décembre 2015 à janvier 2016. Elle a été dirigée par l’Institut Max Planck de microbiologie marine. L’équipe a fait un voyage de 7 000 kilomètres du Chili à la Nouvelle-Zélande, en traversant le Point Nemo.

Un habitat unique

Les scientifiques ont toujours eu une difficulté à étudier ce désert océanique de 37 millions de kilomètres carrés. Néanmoins, une récente recherche internationale a révélé l’existence de quelques créatures microbiennes vivant à la surface.

En effet, les scientifiques ont découvert quelques organismes vivants dans ces eaux hostiles, même si la matière nutritive y est très rare. Pourtant, les courants au centre du tourbillon l’isolent ce lieu du reste de l’océan, et les niveaux d’UV dans cette zone sont très élevés.

Quelques échantillons organiques qui se trouvaient entre 20 à 5 000 mètres de profondeur ont été sélectionnés. Les populations microbiennes ont été identifiées grâce à un nouveau système d’analyse. Elles sont réparties en fonction des changements de température, des concentrations en nutriments et de la disponibilité de la lumière.

D’après l’analyse, les 20 clades bactériens majeurs qui dominent le lieu tel que le SAR11, le SAR116, le SAR86, et le Prochlorococcus ont déjà été rencontrés dans d’autres endroits. Par contre, l’AEGEAN-169 est particulièrement abondant à la surface. Pourtant, il s’agit d’une catégorie qui ne se trouve qu’à environ 500 mètres de profondeur à d’autres endroits.

L’océan le plus clair au monde

« L’échantillonnage a confirmé que c’est un habitat unique ultraoligotrophe. La faible disponibilité des nutriments limite la croissance des organismes oligotrophes spécialisés et ceux qui sont capables de vivre dans des conditions physico-chimiques extrêmes », a déclaré la microbiologiste Greta Reintjes.

Le terme « Point Nemo » renvoie à un endroit où il n’y a « personne ». Avec une telle appellation, ce lieu ne pourra jamais se défaire de sa réputation de désert océanique. Néanmoins, cette quasi-absence organique se révèle aussi être en un avantage du fait qu’il s’agit de l’océan le plus clair au monde.

Mots-clés océanologie