On en sait un peu plus sur le système stellaire Trappist-1

Une équipe d’astronomes a publié une nouvelle étude portant sur le système stellaire Trappist-1. Grâce à cette publication, nous en savons désormais beaucoup plus sur cet ensemble de planètes gravitant autour d’une naine rouge située à environ 39 années-lumière de la Terre.

Découverte pour la première fois en 2015 à l’aide du télescope belge TRAPPIST, le système stellaire TRAPPIST-1 intrigue largement les scientifiques du fait de la taille de ses planètes plus ou moins proche de celle de la Terre. C’est ainsi qu’une équipe d’astronomes dirigée par Eric Agol de l’Université de Washington s’est focalisée sur l’étude de leur densité. Dans son rapport, le groupe dévoile une information de taille.

Crédits Pixabay

Il s’avère que les sept planètes connues dans cette région située au niveau de la constellation du Verseau sont très similaires.

Des corps célestes moins denses que la Terre

Par exemple, elles sont toutes environ 8 % moins denses que la Terre. Certes, il existe dans l’univers observable d’autres planètes qui possèdent une densité plus ou moins pareille, mais ce qui distingue le système TRAPPIST-1, c’est le fait que cette valeur semble valable tous les corps célestes orbitant autour de l’étoile. Pour Agol et ses collègues, il existe trois hypothèses pouvant expliquer cela.

D’abord, il se pourrait que les planètes contiennent moins de fer que la Terre. Vu que la grande partie du fer de notre monde se trouve dans son noyau, il se pourrait donc que ceux de TRAPPIST-1 possèdent chacun un noyau plus petit. Deuxièmement, les planètes pourraient être complètement rouillées à la surface. Dans ce cas, elles seraient composées intégralement d’oxyde de fer.

Une importante quantité d’eau ?

Enfin, les astronomes avancent la possibilité que les sept mondes de TRAPPIST-1 soient recouverts d’un vaste océan si bien que l’eau représenterait un pourcentage important de leur masse.

Étant donné que trois des sept planètes orbitent trop près de l’étoile, il est peu probable qu’elles soient humides. Tout dépend cependant de la densité de l’atmosphère. Si celle-ci est suffisamment lourde, l’hypothèse de la présence d’eau ne pourra pas être écartée.

De leur côté, les quatre autres planètes se trouveraient dans une zone où l’eau liquide pourrait exister à la surface…

Il est évident que d’autres études viendront compléter cette publication. Restez alors connecté sur notre site pour suivre l’évolution de ce sujet particulièrement passionnant.  

Mots-clés trappist-1