On en sait un peu plus sur les derniers mammouths qui ont arpenté la Terre

Les derniers mammouths laineux ont rendu l’âme il y a 4000 ans dans leur dernier bastion – l’île isolée de Wrangel, au nord de la Russie dans l’Arctique gelé. Une extinction soudaine et étrange que les scientifiques n’arrivaient pas vraiment à expliquer jusqu’ici.

Mais de nouvelles preuves montrent que les mammouths eux-mêmes ont été partiellement à l’origine de leur propre disparition

Un mammouth et ses défenses

Crédits Pixabay

Des mutations génétiques nuisibles

La disparition des mammouths laineux a commencé il y a environ 11 700 ans, vers la fin de la dernière période glaciaire. Tandis que la planète se réchauffait et que les humains se répandaient (avec leur chasse), les mammouths eux s’éteignaient à petit feu. Il y a un peu moins de 10 000 ans, l’espèce avait disparu de son vaste habitat continental en Eurasie et en Amérique du Nord. Cette réduction drastique de l’espèce a mis à mal la diversité génétique, augmentant les risques de consanguinité et de mauvaises mutations génétiques.

À mesure que leur nombre diminuait et que le nombre de partenaires disponibles devenait de plus en plus réduit, les mutations génétiques nuisibles se sont mises à augmenter et à affecter la bonne santé du troupeau. Les mammouths ont commencé à être atteints de maladies génétiques, et c’est probablement ce qui a provoqué leur extinction d’après la nouvelle étude publiée dans Genome Biology and Evolution.

Un sort qui plane au-dessus des espèces menacées aujourd’hui

Pour mener leur étude, les chercheurs ne se sont pas contentés du séquençage du génome des mammouths. En fait ils ont “ressuscité” les gènes des mammouths et les ont placés dans des cellules d’embryons d’éléphants en laboratoire pour voir s’ils fonctionnaient bien. Et ils ont découvert qu’ils ne fonctionnaient pas bien du tout. Les gènes étaient malades et auraient pu sérieusement altérer des fonctions importantes chez l’animal, telles que la fertilité masculine et l’odorat.

“La principale innovation de notre étude est que nous ressuscitons des gènes de mammouths de l’île Wrangel pour tester si leurs mutations étaient réellement dommageables”, a déclaré le biologiste évolutionniste Vincent Lynch de l’Université de Buffalo.

Selon lui, en plus de suggérer que les derniers mammouths étaient probablement malsains d’un point de vue génétique, l’étude montre que la même chose pourrait également se reproduire avec les espèces vivantes aujourd’hui menacées d’extinction. “Si leurs populations restent petites, elles aussi peuvent accumuler des mutations délétères qui peuvent contribuer à leur extinction.”, a déclaré Lynch.

Mots-clés paléontologie