On en sait un peu plus sur l’extinction des dinosaures

Il y a 66 millions d’années, les dinosaures, comme plusieurs autres espèces qui ne sont plus aujourd’hui, habitaient encore la Terre.

Un jour, soudainement, un gros rocher venu de l’espace, se déplaçant à une vitesse d’environ 25 kilomètres par seconde, a bouleversé cette harmonie. Durant les 24 heures qui ont suivi l’impact, la Terre était dans une situation apocalyptique. L’explosion aurait été comparable à celle d’un milliard de bombes atomiques.

Crédits Pixabay

Après le jour de l’impact, l’atmosphère était presque invivable à cause des gaz et du froid. Finalement, environ 75 % des espèces animales et végétales n’ont pas survécu à l’événement. L’astéroïde géant a laissé un trou de 160 kilomètres de large sous la péninsule du Yucatán, au Mexique : le cratère d’impact de Chicxulub.

Récemment, une équipe de scientifiques y a collecté de nouveaux échantillons. L’objectif de l’étude a été de reconstituer « le premier jour du Cénozoïque », qui a succédé à l’ère mésozoïque, celle des dinosaures. La fin de cette époque a été marquée par l’impact.

Une archive géologique intacte

C’est la première équipe à avoir foré dans le « peak ring », un plateau élevé au milieu du cratère. Selon les scientifiques, cet endroit a été épargné par les répliques de tremblement de terre ayant suivi le choc.

« Il s’agit d’un registre élargi d’événements que nous avons été en mesure de récupérer à partir du point zéro », a déclaré Sean Gulick de l’Institut de géophysique de l’Université du Texas et principal auteur de l’étude, dans un communiqué. « Il nous parle des processus d’impact tel un témoin oculaire. »

Le forage a commencé en 2016. Le sommet de l’anneau est immergé à 450 mètres sous les eaux du golfe du Mexique. Les chercheurs ont foré jusqu’à 1 300 mètres de profondeur.

Le climat était le vrai tueur

Outre le feu qui a embrasé une grande partie de la surface terrestre, une autre catastrophe a suivi l’impact. « En l’espace d’une journée, un tsunami a déposé des matériaux provenant de rivages éloignés, y compris du charbon de bois », a écrit l’équipe. « Le charbon de bois provient probablement de la combustion liée à l’impact de paysages forestiers entourant le golfe du Mexique, car le site de l’impact était entièrement marin. »

Néanmoins, selon Gulick, « le vrai tueur » était la phase de refroidissement. « La seule façon d’obtenir une telle extinction massive à l’échelle mondiale est un effet atmosphérique », a-t-il déclaré.

Les résultats de l’étude ont été présentés dans Proceedings of the National Academy of Sciences.

Mots-clés paléontologie